Skyrim RPG

Forum fermé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]

Aller en bas 
AuteurMessage
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Sam 30 Nov - 23:45

Le relief de la Crevasse était unique, ses terrains inégaux étaient la terreur des voyageurs. Le convois était constitué de la sorte, un cavalier à l'avant et deux gardes fermant la marche à l'arrière d'un chariot où l'on avait posé une cage métallique. Au sein de celle-ci, se trouvait Ri'Azzad...

Tout cela c'était produit à cause de ce maudit Impérial, il lui avait confié une carte menant sois-disant vers un trésor dont l'ampleur était inimaginable...comment Ri'Azzad avait pu tomber dans un tel stratagème...l'endroit était enfaîte un camp de chasseurs de primes...Il se doutait que leur destination était Markarht, ils savaient que cette châtellerie était l'une des plus riches de Bordeciel et on avait toujours besoin de plus de travailleurs à la Mine de Cidhna.

Les guerres se sont éteintes depuis une demie-décennie désormais, mais tout n’est que factice. Le bonheur apparent n’est qu’une image agrafée sur une réalité bien plus cruelle. La liberté n’est réalité que pour une minorité...Ri'Azzad incarne cette liberté totale, ou du moins...il l'incarnait avant de se faire capturer...Il avait espéré que Do'Simba, son second, avait réussit à éloigner le navire de sa dernière position...il espérait qu'au moins l'équipage de l'Astral avait su s'enfuir et continuer son oeuvre...

L'anarchisme ? Non...juste une manière de vivre comme une autre en fonction des conséquences d'une vie plus que laborieuse...voilà comment Ri'Azzad décrivait sa vie...

Les roues du chariot eurent quelques difficultés à traversé les nombreux rocheux sur la route, mais au final, le convois était bel et bien arrivé à Markarht...On fit descendre le Khajiit de cette horrible cage et on le guida fermement vers l'entrée de la ville, les gardes se réunirent autour du fugitif, gardant leurs armes à portée de main. Ri'Azzad salua ceux-ci d'un hochement de tête dessinant un large sourire sur son visage malgré les circonstances.

On le mena jusqu'à la place des marchés, un homme se mit en surplomb et annonça d'une voix forte et autoritaire:


-Peuple de la Crevasse ! Voici dans nos murs, le célèbre pirate, Ri'Azzad ! Il y a quelques mois, tout le monde craignait son nom à cause du pillage de l'entrepôt de la riche et puissante compagnie de l'Empire orientale à Solitude. Ri'Azzad, vous êtes condamner à travailler durant une durée indéterminé à la Mine de Cidhna en attendant votre exécution qui ne saurait tarder, par décret des lois de notre vénéré et puissant Jarl Arthar de Markarht; par la volonté de monseigneur Edvard Stalion, Main du Roi et par l'accord officiel de sa majesté, le Haut-Roi de Bordeciel, Nelgar Sombrage...puissiez-vous vous repentir de vos actes criminels envers l'autorité du Royaume !

Ri'Azzad cracha au sol, dégageant une haleine qui empestait l'alcool et répondit:

-Hein ? Oh...vous avez finis, je ne suis pas pressé vous savez...vous pouviez continuer !

Ri'Azzad éclata de rire seul pendant que la foule le regardait avec des yeux qui voulaient tout dire...le Khajiit leva, la tête et la secouant lentement....les nordiques n'avaient vraiment pas d'humour.

On lui voila la face avec une toile de couleur sombre et on le guida vers la Mine...la foule n'hésitait pas à se moquer voir, à cracher sur l'ex-ambassadeur d'Elsweyr. Qui tenta face à ce déshonneur d'opposer une légère résistance face aux gardes...mais rien  à faire...ces solides gaillards possédaient bel et bien la robustesse des nordiques.

Lorsqu'on lui ôta le sac en toile, le Khajiit fut assez surpris d'être déjà devant une pioche de très mauvaise qualité prêt à travailler...on lui avait ôté tout ses effets personnels. Et ça...il ne pouvait le tolérer. Depuis sa destitution en tant qu'ambassadeur, le pirate n'aimait pas beaucoup partager ses biens avec le gouvernement...encore moins lorsqu'il s'agissait de ses armes.

Le Khajiit remarqua que la sécurité avait été renforcé, il en fut d'ailleurs très flatté. Ri'Azzad ne savait pas l'issue de cette captivité...celui-ci avait survécu à la prison plus d'une fois mais tout semblait jouer contre lui...il n'avait plus personne pour l'aider...ou du moins c'est ce qu'il pensait...

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Ri'Azzad le Dim 1 Déc - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Dim 1 Déc - 13:33

Markarth... C'est étonnant à quel point je pouvais haïr cette ville, la dernière fois que j'étais venu j'avais bien faillit finir en tapis de fourrure. Ah. Rien que d'y penser, ça me hérisse les poils. Alors pourquoi je m'y était rendu ce jour là ? Excellente question. A vrai dire, je ne sais pas moi-même. C'est la que m'avaient guidé mes pas. Comme disait mon père : "si la vie nous conduit parfois où on s'y attend le moins, il est certain qu'elle nous a conduit là où il le fallait." A vrai dire j'aimais beaucoup cette phrase, elle pouvait expliquait tout et n'importe quoi. Bon, la vérité, c'est que j'avais envie de rendre une petite visite au Jarl, ou plus précisément à ses quartiers et à ce qu'il contenaient. J'avais entendu tellement d'histoire sur les Mines de Cidhna, on m'avait dit qu'elle contenait de surprenante richesse, ayant entend cela, je ne pouvais que penser que le Jarl était plein au as. Mais voler un Jarl, ce n'était pas quelque chose à faire à la légère, il fallait se préparer... Chose que je n'aurais sans doute jamais faîte avant de rencontrer le Seigneur Stalion, j'aurai simplement foncé tête baissée, comme cette fois là... Enfin bref. Pendant que je me préparais à cambrioler le Jarl, je cherchait un moyen de disparaitre après mon méfait. Mon entreprise était risquée et il fallait que je puisse me cacher quelques part où nous serions en sécurité, Falco et moi.
Un jours, alors que je réfléchissait justement à cela, ma capuche rabattu sur mon visage, une animation inattendu eut lieu sur la place du Marché. Un homme tonna d'une vois forte :

- Peuple de la Crevasse ! Voici dans nos murs, le célèbre pirate, Ri'Azzad ! Il y a moins d'une semaine, tout le monde craignait son nom à cause du pillage de l'entrepôt de la riche et puissante compagnie de l'Empire orientale à Solitude. Ri'Azzad, vous êtes condamner à travailler durant une durée indéterminé à la Mine de Cidhna en attendant votre exécution qui ne saurait tarder, par décret des lois de notre vénéré et puissant Jarl Arthar de Markarht; par la volonté de monseigneur Edvard Stalion, Main du Roi et par l'accord officiel de sa majesté, le Haut-Roi de Bordeciel, Nelgar Sombrage... puissiez-vous vous repentir de vos actes criminels envers l'autorité du Royaume !

Ce discours piqua à vif ma curiosité tandis que le faucon poussa un cri strident. Je me rapprochait afin de voir à quoi ressemblait ce pirate. J'en avais vaguement entendu parler, apparemment c'était un haut placé d'Elsweyr qui avait perdu son titre ou que sais-je encore. La politique ne m'intéressais pas beaucoup à vrai dire. En revanche, son saccage lui, je m'y était intéressé. Apparemment, tout les gardes avaient été massacrés et le pirate avait laissé un mot de menace. Si le meurtre n'était pas vraiment à mon gout, je me devais de reconnaitre que c'était un tour de maitre.
Lorsque j'aperçut enfin le Khajiit, je fut surprise de voir qu'il ne m'était pas étranger. Mathias d'Elsweyr ? Oui, c'était bien lui. Je ne l'avais rencontré qu'une seule fois et il c'était présenté sous son nom d'empreint comme l'ambassadeur d'Elsweyr et comme je ne m'étais pas renseignée plus que ça, je ne connaissais pas encore son vrai nom. Cependant, j'avais du mal à croire qu'il s'agissait de la même personne. Je voyais mal le Khajiit que j'avais rencontré quelques annes plus tôt commettre des crimes de piraterie. C'était... surprenant. Et décevant... Voir que même les plus noble d'entre nous pouvait aussi mal tourné...
Voyant que l'homme avait finit son discours, le Khajiit lança :

- Hein ? Oh...vous avez finis, je ne suis pas pressé vous savez...vous pouviez continuer !

Puis il éclata de rire. Dans la foule personne ne l'accompagna. J'entendis du moins quelqu'une des personnes présente murmurer des remarque tel que : "Il est fou.", "C'est à cause de gens comme ça que nous ne sommes en sécurité nul part !" ou encore "Quand je pense qu'il était ambassadeur ! Heureusement, le Domaine Aldmeri a fait ce qu'il fallait.". J'étais bléssé d'entendre ces remarques dans la bouche de personne qui, autrefois respectait l'armé d'Elsweyr...
Le Khajiit fut ensuite guidé jusqu'à la Mine de Cidhna. Je le suivis du regard, sans bouger. Il était condamné, à n'en point douter. Une idée me frappa alors. Un bateau pirate ! Voila un endroit où on ne viendrait pas nous cherchait ! Bon le seul petit problème c'était que le capitaine du bateau était entre les barreaux mais après tout, c'est un problème bien facile à régler...

Dans Markarth, le seul endroit à peu près sur pour une voleuse et son compagnon, c'est la maison hanté comme on l'appelle. A une époque, Molag Bal, un deadra, y aurait élu domicile, si bien qu'aujourd'hui plus personne n'osait y rentrer. C'était un endroit certes un peu inquiétant mais pas hanté, ça non. Au moins nous étions au calme pour préparer l'évasion de l'ex ambassadeur. C'était une entreprise risqué, sans doute plus risqué que de voler le Jarl, mais j'aimais bien prendre des risques. La première chose que je fis, ce fut de récupérer les affaires du pirate. Ce ne fut pas la chose la plus difficile à faire, après tout les gardes dorment beaucoup mieux lorsqu'on verse un peu de somnifère dans leur repas. Je n'eut aucun mal à cacher les affaires dans la maison hanté. Maintenant je devais régler un autre problème : entrer dans la Mine, c'était facile, en sortir c'était plus délicat... Cependant, j'avais un avantage sur les autres détenus : un compagnon à plume vif et intelligent. En entrant dans la Mine, j'allais être destitué de mes bien, il fallait donc que je trouve un moyen de faire entrer avec moi quelques crochets et c'était là que Falco entrait en scène. A l'aide de lanière de cuir, je lui attachait plus d'une dizaine de crochet dans le dos, ce serait suffisant et dans le pire des cas... Avoir des griffes pouvait s'avérer utile. Ensuite, je récupérait une tenu de fermière et mis toute mes affaires en sécurité dans la maison hanté. Finalement, au bout de deux jours, le moment était venu de se jeter à l'eau.
Je commis un petit méfait, rien de grave mais suffisant pour être envoyé dans la Mine. Comme prévu, les gardes me rattrapèrent et m'emmenèrent. Falco nous observait, non loin. Il devait se tenir suffisamment près pour nous suivre à l'intérieur de la Mine mais aussi assez éloigné pour ne pas être remarqué. Lorsque je fus à l'intérieur de la Mine, je remarquai que je n'avais plus mes affaires. Une fois les gardes éloignés, je me mis à siffler, je ne vis rien mais un petit cri me fit comprendre que Falco n'était pas loin. Bien. Il ne me restait plus qu'a trouver le pirate et ce fut chose facile. Je m'adossai à un mur, près de lui et toussota avant de dire :

- La vie est étrange n'est-ce pas ? Un jour vous êtes un noble Ambassadeur et le suivant vous êtes un Hors-la-Loi hautement recherché qui casse des caillou dans une Mine.

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
Sifit
Chambellan de Markarth
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Dim 1 Déc - 17:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Accoudé au balcon, Sifit comme à son habitude, essayait de se changer les idées, de penser à autre chose qu’à son travail. La vie de chambellan n’était pas quelque chose d’aussi simple. S’assurer du bon train de vie de son maître et seigneur n’était pas chose aisé et encore plus lorsque celui-ci était d’une grande exigence. En cette belle matinée, il était arrivé à gérer les dépenses de la cour du jarl. En nette augmentation à vrai dire. Le voyage jusqu’à Vendeaume en fut la raison, heureusement que l’on ne nomme pas une Main du Roi tous les quatre matins, sans quoi l’économie de la Crevasse serait désastreuse. Mais brève de réflexions en tout genre, l’heure était à la détente, à l’apaisement… Au loin dans le ciel, il pouvait voir un aigle se percher sur le temple de Dibella et de temps à autre, il tourné en rond par-dessus la ville comme si il attendait quelque chose en bas. Ah !... Que ne donnerait-il pour pouvoir être à sa place quelques heures, pour pouvoir voler et être libre, juste quelques instants… Mais la réalité nous rattrape toujours, et que cette réalité est cruelle parfois.

Observant avec rêverie cet aigle, Sifit ne remarqua point l’entrée de l’homme dans sa pièce. Pris par surprise, le chambellan fit un pas sur le côté et repris ses esprits. C’était juste Dreïn, le mercenaire, celui qui l’avait accompagné la première fois dans la ville et qui par loyauté ou peut être par manque de septimes resta à son service. Haut, rasé de près au visage et au crâne, il inspirait plus la peur qu’à une certaine époque à Folpertuis.  Aujourd’hui, c’était sans doute le seul ami sincère que pouvait avoir Sifit. Néanmoins, les années ne lui avaient pas enlevé le défaut d’être aussi bavard, mais bon… Face à Sifit, le nordique lui fit part des nouvelles et des ragots en tous genre de la cité.


Aujourd’hui, vous aurez le droit à un peu de tout, lui annonça-t-il avec un grand sourire. Semblerait d’après certaines rumeurs que le mioche du jarl, le cadet, se serait retrouvé dans un bordel encore une fois, près des corons à la sortie de la ville. Les gardes et moi-même l’ont extirpé de là sans que personne n’an sache rien, hormis la pute, mais bon un peu d’argent et tout le monde arrive à oublier, héhé…

Bien, les gardes aussi tu les as soudoyés j’espère ? Dit-il avec un air douteux.

Bien entendu ! Chuis pas née de la première pluie ! Sinon, qu’avons-nous encore ?... A ouai ! Une bagarre générale dans une taverne qui a fini avec un mort et deux blessés, un ivrogne ayant agressé une noble et tenté de la violé… Un pirate chat arrêté par des chasseurs de primes, il y a quelques jours et attendant patiemment dans la mine… Une jeune p’tiot qui…

De qui tu parles ? Quel chat ?

Ha boarf ! C’est le cap’taine khajiit qui est soit disant à l’origine du pillage des quais de Solitude, il y d’cela deux trois mois. Vous devez vous en souvnir. Parait même que sa serait un ancien noble, mais bon avec la dégaine qu’il avait c’est impossible.

Mais oui ! Cette affaire avait fait le tour de Bordeciel, et son commerce en avait été perturbé durant un mois entier au moins. Le régent de Sollitude avait mis en place une traque mais sans succès. Et maintenant, son chef serait donc ici, à Markarth ? Comment cela serait-il possible ?... Sifit dans ses pensées invita Dreïn à s’assoir pour le faire patienter. Celui-ci s’assis sur un sofa, pris une pomme et s’amusa à la tourner en attendant une réponse de la part du chambellan. Sifit chercha dans sa paperasse un document, cela lui prit au moins quelques minutes mais il réussit enfin à le trouver.  C’était une lettre officielle émanant de la cour de Solitude, décrivant l’évènement qui s’était produit. Et en effet, cela concorder. Sur ce qui est dit comme rumeurs, que ce pirate serait soi-disant un ancien ambassadeur, cela était sûrement que pure fiction. Mais ce qui était sûr, c’est que ce pillard représentait une menace. Mais il fallait plus de réponses…

Dreïn ? Tu vas aller à la mine de Cidna, tu vas me trouver ce khajiit, et lui demander plus de précisions sur son passé, mais reste discret, cela doit être fais sans être ébruité, sans être su…

Les directives étant donnés, le nordique se leva, croqua sa pomme et se dirigea vers la sortie. Lorsqu’il commença à tourner la poignée, Sifit l’interpella à nouveau.

Et s’il ne coopère pas, tu pourras utiliser des méthodes… plus radicales.

Le mercenaire lui donna un large sourire comme réponse et s’éclipsa. Le chambellan se retrouva de nouveau seul, et alla au balcon, le soleil était à son zénith. La ville n’avait point changé, le bruit du marché, de la cascade se fracassant plus bas sur la roche. Pourtant quelque chose attrista Sifit, l’aigle de tout à l’heure avait disparu...
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Lun 2 Déc - 18:59

- La vie est étrange n'est-ce pas ? Un jour vous êtes un noble Ambassadeur et le suivant vous êtes un Hors-la-Loi hautement recherché qui casse des caillou dans une Mine.

Ri'Azzad se retourna et n'eu pas de peine à reconnaître Kahona, il souria légèrement et rétorqua à sa compatriote:

-C'est ce qu'on appelle l'ironie du sort...au même moment, Ri'Azzad frappa fortement sur le minerai provoquant des étincelles au contacte de l'acier de l'outil , et toi, toujours à...débarrasser les plus riches de leurs biens les plus précieux ?

Ri'Azzad gloussa, car lors de leur rencontre, Kahona avait tenté de lui volé un artefact appelé "Le Coeur des Neiges". En parlant de celui-ci, Ri'Azzad n'a jamais su ce qu'il était devenu...par la suite, Kahona lui expliqua qu'elle c'était rendue à Vendeaume dans le but de cambrioler le célèbre Chateau de Coeur-De-Roche, il fallait avouer que la ville était très riche...et lorsqu'une ville est riche. Ceux qui en profitent le plus sont, très souvent, ceux qui la dirigent et non le peuple qui a permit à la ville de devenir ce qu'elle était...

-Un projet ambitieux, ma chère Kahona, comme tu dois le savoir, j'ai moi aussi décidé de rejoindre les rangs des véritables seigneurs de ces terres...toutes ces noblesses du passé, tu ne pourrais pas t'imaginer à quel point, c'était...lassant. Cette sensation d'être libre...d'aller où je veux quand je le veux, sans aucune limite...magnifique n'est-ce pas ? Même si dans le cas présent, la liberté n'est point de mon coté...ce que je veux dire par là, c'est que...je suis prêt à t'aider, si tu me fais sortir, bien sûr...ou...attends ce ne sera peut être pas nécessaire...caches-toi, rends-toi aux alentours du Chateau d'ici une heure...je pense que j'ai de la visite...je trouverais un moyen de...hum...

Un nordique débarqua sur les lieux, Kahona eu juste le temps de se cacher et Ri'Azzad devait avoir l'air bien malin à avoir l'air de parler tout seul de la sorte...

-Et, l'minou ? Shéogorath t'as emporté ou quoi ? J'vois personne pour te répondre à par moi...et vu que tu sembles avoir envie de parler tu vas me suivre...mais, pas un mot pour le moment, sinon...j't'égorge ? Compris ?

Ri'Azzad hocha bêtement la tête et suivit l'homme sans faire d'histoires...il tombait à pique. Ri'Azzad se demandait alors comment Kahona allait faire pour s'échapper de la célèbre Mine de Cidhna, tout en se rappelant qu'un passage menait jusqu'à l'extérieur de la mine...un ancien passage, qu'auraient emprunté des Parjures révoltés au sein même de la Mine, il y a des siècles...

L'étrange nordique guida le Khajiit, le masquant à l'aide d'une cape équipé d'une capuche, jusqu'à la sortie de la Mine. Il semblait acheter le silence des gardes...qu'est-ce que cela voulait dire...

Il faisait nuit dehors, cela tombait très bien, la plupart des gens étaient rentrés chez eux depuis bien longtemps et seuls quelques traînards osaient s'aventurer dans les rues à une heure aussi tardive, contrairement à Solitude, la garde de Markarth n'avait pas encore installé un couvre-feu. Ri'Azzad fut agréablement surprit en voyant que ce nordique, qui ne semblait pas très malin vu sa manière de s'exprimer, l'emmenait au Chateau de Coeur-De-Roche. Ah, enfin une bonne nouvelle ! Au moins, ça éviterais au pirate de s'infiltrer sur les lieux pour le plan qu'ils avaient montés, Kahona et lui. Les portes de l'endroit s'ouvrirent alors émanant un bruit de ferraille rouiller. Le Nordique guida le Khajiit jusqu'à l'étage du Chateau, où il l'installa dans une petite pièce qu'il ferma à double tour...ça n'envisageait rien de bon. Ri'Azzad, sous les directives du Nordique, s'installa sur une chaise. Au même moment, le Nordique ligota ses mains de telles sorte à ce que le Khajiit ne puisse tenter de s'enfuir...Le Nordique annonça d'une voix grave:


-Mon patron aimerait en savoir plus sur ton passé, le chat, alors tu vas me raconter ton histoire...

Ri'Azzad réprima un large sourire et rétorqua:

-Je m'appelle Holga, ma mère est une catin que mon père a sauvagement chevauché car il ne trouvait pas de femmes respectables, bien que je n'ai rien contre ses demoiselles de petites vertues, par la suite, on m'a coupé les..., pas besoin d'être plus précis, car on a jugé que je n'en avais pas besoin...Oh ! par les Lunes, c'était mon histoire que je devais raconter ? Je pensais qu'on parlait de la vôtre !

Le Nordique fit une bafle mémorable à Ri'Azzad.

-Tais-toi !

-J'ai touché la corde sensible, on dirait, j'ai entendu des histoires relatant que certains enfants n'hésitaient pas à carrément se faire leur mère...je ne sais pas si c'est votre cas, mais vous m'avez tout l'air d'un consanguins, il faut en parler vous savez...

Le nordique sortit sa lame et la plaça sous le menton de l'homme-chat.

-Parles pas d'ma mère comme ça, le chat, sinon je vais repeindre les murs avec ta cervelle !

-Voyons, voyons, calmez-vous, nous sommes amis pas vrai ?

-Euuuh...

-Mais si;mais si...alors vous vouliez savoir mon histoire ? Non...ah cela ne me dérange pas, ça me permettrait de m'exprimer sur mon passé, mais...si vous insistez, vous pouvez me relacher et me laissez quitter la ville aussi, ce serait un acte de bonté de votre part...

-Joues pas à ça avec moi...

-Bon...alors, je présume que je n'ai plus rien à faire ici...libérez-moi sur le champ !

Le nordique pressa son crane de ses deux mains puissantes semblables à des gourdins. Le Khajiit c'était servit de ce petit stratagème pour gagner du temps, en réalité, cette conversation pour le moins, très constructive, n'était qu'une diversion. Pendant ce temps, le félin avait sortit ses griffes et briser ses liens...Le manipulateur d'origine d'Elsweyr, qui malgré avoir perdu son titre et ses fonctions semblaient toujours aussi bien maîtriser l'éloquence, il reprit d'ailleurs la parole se levant lentement sans même que le Nordique ne s'en apperçoive:

-Vous savez, je suis sûr que votre employeur vous paye très mal ? La vie est difficile n'est-ce pas...car celle-ci est remplie...d'imprévus !

Au même moment, le Khajiit saisit la tête du Nordique et lui infligea un violent coup de genou, le Nordique retomba vers l'arrière et s'écroula sur la table, inconscient. Le Khajiit arracha les épais rideaux en brocart de la pièce et le fit pendre par-dessus un balcon...

Kahona allait pouvoir s'en servir pour se hisser à l'intérieur du Palais...

Ri'Azzad par précaution, prit la clé de son tortionnaire, il valait mieux l'enfermer quand Kahona sera arrivée. Ce vieux bougre de nordique risquerait de prévenir la garde...

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Mar 10 Déc - 18:44

L'ancien ambassadeur répondit :

- C'est ce qu'on appelle l'ironie du sort... et toi, toujours à...débarrasser les plus riches de leurs biens les plus précieux ?

Le khajiit gloussa et je hochai les épaules, c'était une définition qui me correspondait bien, en effet. Je racontai alors mon plan à Ri'Azzad. Le capitaine pirate semblait intéressé, il lança alors :

- Un projet ambitieux, ma chère Kahona, comme tu dois le savoir, j'ai moi aussi décidé de rejoindre les rangs des véritables seigneurs de ces terres...toutes ces noblesses du passé, tu ne pourrais pas t'imaginer à quel point, c'était...lassant. Cette sensation d'être libre...d'aller où je veux quand je le veux, sans aucune limite...magnifique n'est-ce pas ? Même si dans le cas présent, la liberté n'est point de mon coté...ce que je veux dire par là, c'est que...je suis prêt à t'aider, si tu me fais sortir, bien sûr...ou...attends ce ne sera peut être pas nécessaire...caches-toi, rends-toi aux alentours du Chateau d'ici une heure...je pense que j'ai de la visite...je trouverais un moyen de...hum...

Pendant qu'il parlait, j'entendis quelqu'un approcher. J'eu juste le temps d'apercevoir un nordique approcher avant de disparaitre comme une ombre. L'homme s'approcha du pirate, il était surpris de le voir ainsi parler seul. Si seulement il savait... Il dit au Khajiit :

-Et, l'minou ? Shéogorath t'as emporté ou quoi ? J'vois personne pour te répondre à par moi...et vu que tu sembles avoir envie de parler tu vas me suivre...mais, pas un mot pour le moment, sinon...j't'égorge ? Compris ?

Le pirate hocha la tête avant de suivre l'homme. Je les suivit du regard sans dire un mot. Une heure... J'avais une heure pour sortir de là et me rendre au palais. Il allait falloir que je sois rapide, une vraie course contre la montre. Je me débrouillai pour être seule, une fois que ce fut fait, je poussai un sifflement. Falco apparut, les crochets toujours dans son dos. Je les détachai et me mis à crocheter les serrures jusqu'à la sortie. Certes ce ne fut pas particulièrement simple, j'avais du assommer quatre ou cinq personnes sur le chemin. Enfin, l'évasion, c'est ma spécialité !
Sentir de nouveau le vent sur ma fourrure fut extrêmement agréable mais je n'avais pas de temps à perdre. Je retournai à Markarth d'un pas rapide et entrai dans la maison hanté, en faisant bien attention à ce que personne ne me voit. A l'intérieur, je me rééquipai et je préparai Falco en lui mettant ses serres d'acier. En sortant, je pris avec moi les affaires du pirate, cela lui serait sans doute utile. Il restait une chose à régler : entrer dans le Palais. Mais cette partie fut étrangement facile a vrai dire. En passant devant le palais, j'entendis Falco pousser un cri perçant pour attirer mon attention. Alors que je regardais le faucon, ce dernier m'indiqua une entrée : quelqu'un avait laissé pendre un rideau par dessus le balcon, Ri'Azzad sans aucun doute. Par la suite, grimper au balcon fut un jeu d'enfant. J'arrivai alors dans une petite pièce. Le nordique était allongé par terre, inconscient. Tout en l'observant, je commentai :

- J'en connais un qui s'est prit un sacré coup sur la tête...

Le pirate était dans la salle, libre. Je le fixai quelques secondes avant de lui lancer ses affaires.

- Je me suis dit que cela pourrait t'être utile...

Puis je m'approchai du nordique et récupérai sa bourse. Un sourire malicieux au lèvre je ne pu me retenir de dire :

- Il n'y a pas de raison pour que je perde mes vieilles habitudes.

Je jetai un coup d'œil à la porte puis à la clé que tenait le Khajiit. Je demandai d'un ton railleur :

- Peut-être que lorsqu'il sera prêt mon Seigneur daignera ouvrir cette porte ?

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
Sifit
Chambellan de Markarth
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Mer 11 Déc - 17:07

La journée s’était terminée convenablement pour le chambellan, les problèmes budgétaires lorsqu’elles étaient bien compris ne prenaient que peu de temps. Ainsi, lorsque le soleil se trouva à son zénith, le chambellan fut convié pour un repas mensuels entre nobles et haut-dirigeant de la Crevasse. Celle-ci prenait place non loin des quartiers du Jarl dans une salle aménager. Il n’était pas simplement question de festoyer mais de parler de l’actualité de la province, des ragots en tout genre concernant la noblesse et de la politique bien entendu. A l’ordre de, les récentes émeutes de Rorikbourg, des agressions dans les montagnes signe que les parjures étaient toujours présent et les nouvelles réformes fiscales imposer par le gouvernement de la Main du Roi. Ce dernier sujet fut la plus débattus et là plus critiqué, surtout par le jarl en personne qui qualifier l’acte de « vol injustifiable ». Seul Sifit semblait lucide face à cette affaire et tentait vainement d’expliquer cette augmentation des taxes pour l’aide à la reconstruction de Bordeciel et le maintien de force armé sur l’ensemble du territoire. Mais le Jarl semblait fait de rock, il ne cédait sur rien. Sa jalousie et son mépris du haut-Roi et de la Main du Roi n’avait toujours pas faibli depuis lors…

Mais tout ceci ne préoccuper pas pour l’heure Sifit. Il attendait toujours les nouvelles de Dreïn concernant le khajiit, mais rien n’arriva… Par impatiente, l’impérial fit un signe à un garde et lui glissa doucement près de l’oreille des directives.


Il semblerait que mon garde attitré se soit égaré, pourriez-vous me l’amener ici le plus rapidement possible.

Sur cet ordre, le garde acquiesça et sortit. Une vingtaine de minutes défilèrent et aucunes nouvelles du garde. Il y aurait-il eu un problème avec les deux ? se demanda le chambellan. Quoi qu’il arrive s’il y avait un imprévu, il serait apte à riposter et à régler la situation. La garde de la ville ainsi que les « Dwemers » étaient présents et prêts à intervenir en cas de soucis, ces derniers étaient la nouvelle garde d’élite du palais composé de chevaliers reconnaissable à leur armure inspirée des histoires naines. Pourtant, la crainte de voir son otage s’évader rendu pâle un long moment le chambellan, cela pourrait lui porter préjudice qu’un tel événement est lieu songea t’il. L’air anxieux de l’impérial interrogea les membres de la table sur son état. Pour dissimuler son malaise, le chambellan raconta que son diner de la veille ne lui avait pas réussi ce qui fit glousser quelques nobles. Les minutes passèrent et toujours rien, la peur commençait peu à peu à gagner Sifit, il n’écoutait plus ou du moins ne s’intéressait plus aux discussions à la table. Sa plume qu’il n’avait cessée de tortiller depuis le départ du garde finit par être casser en deux et des gouttes de sueur glissaient depuis le haut du front.

Il ne pouvait attendre une minute de plus, il se leva, s’excusa humblement envers les invité et le Jarl et demanda congé. La porte franchi, il se dirigea vers son bureau ou il manda un « Dwemers ». Il ne savait pas pourquoi son compagnon n’était toujours pas revenu et il imaginait déjà le pire. Face à cela, il devait changer de plan et radicalement. L’un d’eux vint, son armure de bronze ne semblait pas le gêner ni le ralentir il s’avança, ôta son heaume et attendit que le chambellan lui adresse la parole.

D’après des renseignements, il semblerait que mon garde est introduit un voleur dans le palais. Cet acte est intolérable et est un danger pour la sécurité du Jarl et de sa famille. La chose doit être réglée sur le champ, ces hommes doivent être emprisonné et mis en cellules ! Emmenez avec vous le reste de votre garde et suivais moi ! Je ne connais qu’un seul endroit où il peut être à présent. Pour le confort de notre seigneur, cela ne doit pas être ébruité, que cela reste entre vous et moi.

A vos ordres chambellan, par mon honneur de chevalier je jure de garder secret cette mission ! Je vais réunir dès maintenant une petite troupe.

Sifit par précaution tira de son tiroir une dague, celle-là même que son père lui avait offert avant de décéder… Il ne l’avait jamais utilisé et ne le voulais pas plus aujourd’hui. Tous ces mensonges étaient nécessaires, Sifit espérait que rien n’arriverai à Dreïn, même si celui-ci risquerait par ces accusation d’aller en prison voir d’être tuer... Mais qu’importe ! Les actes fais doivent être réparés. D’un pas déterminé, Sifit accompagné d’une dizaine d’homme traversèrent le palais. Devant la porte fermée, deux voix s’entendaient. Sifit fis un signe au chevalier et celui-ci défonça la porte. Ce n’était pas un, mais deux khajiits qui étaient là.
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Sam 14 Déc - 14:54

Kahona avait suivit le plan à la lettre, de plus, un large sourire se dessina sur le visage du Khajiit lorsque celle-ci lui confia ses effets personnels. Il mit rapidement son armure de cuir tout en s'équipant de ses armes. Il prit par la même occasion la dague du nordique, inconcient et l'accrocha à sa ceinture. Une arme plus rapide n'était jamais à ignorer dans ce genre de situation.

Ri'Azzad garda la cape équipée d'une capuche que le Nordique lui avait obligé à mettre, lorsqu'ils avaient traversés la ville. Elle l'aiderait à passer presque inaperçu. Kahona prit la parole, lorsqu'ils eurent terminer de se préparer pour le coup du siècle:


-Peut-être que lorsqu'il sera prêt mon Seigneur daignera ouvrir cette porte ?

Ri'Azzad se retourna rapidement et ricanna avant de répondre d'un ton sarcastique:

-Oh...je pensais que les voleuses avaient pour vocation d'ouvrir les portes...je ne voulais guère, vous dérobez ce petit plaisir...mais soit !

Avant même qu'il n'eut atteint la porte, celle-ci s'ouvrit violement laissant pénétrer des gardes en armure couleur de bronze et un homme vêtu d'une tenue de noble. L'un des gardes ôta son casque, soit par stupidité ou par preuve de son courage:

-Au nom du Jarl Arthar de Markarth et de son Chambellan, je vous mets aux arrêts, déposez les armes ou mourrez...

Le Khajiit n'avait jamais vu une telle armure, celle-ci était constitué d'épaisses plaques de métal semblables à celles que l'on pouvait voir sur les constructions Dwemers. Ils étaient rares de voir de telles choses.

Les Khajiits reculèrent rapidement et Ri'Azzad saisit le Nordique, assomé, posant la propre arme de l'otage sur sa gorge.


-N'avancez plus, bandes de ragnards, ou le nordique mourra...

Ri'Azzad rafermit son emprisse sur son otage et prit Kahona par le bras, lui soufflant sans que les gardes ne puissent l'entendre:

-Va à la trésorerie et retrouves moi à l'extérieur de la ville, je vais faire diversion...passes par le balcon.

Décidément, le destin voulait vraiment séparer les deux Khajiits, Ri'Azzad savait qu'en faisant cela, la Khajiite pourrait très bien le trahir et partir en gardant le butin pour elle toute seule, mais il savait aussi qu'elle avait besoin d'un lieu pour suivre et ce lieu n'était autre que l'Astral, le navire du capitaine pirate. Ri'Azzad chasse ses idées sombres de son esprit et annonça aux autorités de Markhart. Il s'exclama surtout envers l'homme en tenue de noble qui n'était autre que Sifit, le chambellan de la ville.

-Salutation, Chambellan, je ne pense pas que nous nous sommes déjà rencontré, mon nom est Ri'Azzad...fléau des mers pour certains, libérateur pour d'autres...à vous de voir...

Il remarqua tout en prononçant ses paroles que la Khajiite se hissa bien vite par-dessus un autre balcon situé en surplomb à celui-ci. Il pria pour que la voleuse face bien sa part du travail et surtout qu'elle en sorte en vie. Il ne savait pas du tout quoi faire...il improvisa comme très souvent...il continua de parler pour ne rien dire, le temps de distraire les chevaliers et Sifit.

-Je suppose que ce pauvre diable ici présent, il désigna son otage d'un mouvement de tête, a été engagé par vos soins ? Vous vouliez savoir mon histoire n'est-ce pas ? Et bien la voici...j'étais autrefois appelé Mathias d'Elsweyr par les vôtres...j'ai combattu, ici sur vos terres, pour préservez la liberté de votre peuple face au Domaine Aldmeri en sachant que ma patrie était elle aussi vulnérable. Et au final, regardez comment tout cela a fini...Elsweyr est oppressé par le Domaine Aldmeri et le peuple Nordique me considère comme un criminel sans ne serais-ce qu'un signe de reconnaissance pour tout ce que j'ai fais...si la guerre est finie c'est en partie grâce à Elsweyr...tout le monde retient l'action de cet hypocrite de Stalion mais semble avoir oublié les sacrifices des Khajiits sur Solstheim, nous étions autrefois, l'une des plus grandes puissances de Tamriel malgré la taille de notre mère patrie...nous étions plus puissant que tout l'Empire de Cyrodiil...

Le Khajiit remarqua un léger tremblement lorsqu'il parlait...il commençait à faiblir...il allait falloir accélerer les choses.

-J'incarne aujourd'hui, la vengeance du peuple Khajiit contre les grandes puissances actuelles...j'incarne la Haine, la Peur et la Mort qui règnent désormais en maître dans ma patrie à cause de vous tous ! Autrefois, j'aurais fais preuve d'un peu plus de clémence mais aujourd'hui tout est...fini. J'épargne néanmoins votre larbin et vous, Sifit, mais, sachez que si vous osez à nouveau vous dressez entre moi et mon or...je vous tuerais de la manière la plus barbare qu'il soit avec une folie meurtrière comme vous n'en avez jamais vu...

Ri'Azzad avait alors poussé le corps inanimé de l'otage en direction du Chambellan et de son escorte, se dirigeant vers le balcon, d'où Kahona avait su rentrer et sortir un peu plus tôt, d'une roulade. Foncer, viser et lancer, toute ses actions effectuées simultanément lui permettant ensuite d'emprunté le passage, qu'il avait créer un peu plus tôt à l'aide de rideaux. Le garde non-casqué vola en arrière lorsque le couteau que Ri'Azzad avait emprunté au nordique se plante dans sa gorge. Le sang pissait autour de la lame profondément fichée dans la gorge du garde. Il tendit la main en direction du Chambellan comme pour lui demander d'abréger ses souffrances...

A ce moment, le Khajiit fut déjà en bas, dégainant ses deux sabres se dirigeant vers la sortie de la ville. Ses épées étaient devenues désormais une excroissance naturelle de ses mains. Les simples gardes de la ville, eux n'étaient pas vêtu de l'impressionnante armure des hommes de tout à l'heure, se dirigèrent intrigués en la direction du Khajiit comprenant bien vite la situation. Ils dégainèrent leurs divers armes. Ri'Azzad virevoltait d'une cible à l'autre, tranchait d'une main et faisant des estocs de l'autre pour abattre deux, parfois trois, adversaires simultanément, animé d'une espèce; non pas de férocité, ni de soif de sang; il n'était pas un animal, malgré son apparence, et aucune cruauté ni sauvagerie ne motivait ses gestes...du moins pas en ce moment, c'était plus une preuve de talent, de grâce et de dextérité. Sa dance mortelle avait quelque chose d'artistique.

Le Khajiit continua sa progression en direction des portes de la ville, tuant ceux se dressant sur son passage. Mais, Ri'Azzad n'était pas immortel et un archer, presque aussi fourbe qu'un Khajiit, décocha une flèche qui vint se figer dans l'épaule du pirate. Il trébucha lentement, perdant l'équilibre, visage face au sol pierreux de la ville. Un garde s'approcha alors lentement de Ri'Azzad, celui-ci devina le sourire sadique sous son heaume. Le Nordique souleva sa lourde hallebarde...et....

Une autre flèche s'enfonça, non pas sur le Khajiit mais à travers la poitrine du nordique qui s'écrasa à son tour sur le sol. Une main solidaire vint en aide au capitaine pirate qui reconnut bien vite, Dar'Shazam, le maître d'équipage,  il assurait le lien entre les hommes et le commandement étant chargé de la mise en œuvre des ordres du second ou de Ri'Azzad. C’était aussi lui qui motivait les matelots, organisait les groupes et coordonnaient leurs actions. Il était aussi connu pour sa sévérité envers l'équipage de l'Astral, n'hésitant pas à faire des sanctions. Cependant, sa loyauté envers Ri'Azzad était presque égale que celle de Do'Simba, le second de l'Astral.

-Hey, cap'taine ! Do'Simba m'a envoyé pour vous donnez un coup de mains avec deux trois gars...il a bien fait faut croire !

-Dar'Shazam, tu tombes à pique ! Effectivement, c'était assez tendu...

-Qu'est-ce qu'on fait ?

- il faut évacuer la ville et attendre une voleuse, c'est elle qui a notre or...

-Notre or ? Tu veux dire que tu as, sans même nous consulter, pris la décision d'entamer un nouvel exploit ?

-On va dire que j'ai fais la retrouvaille d'une vieille connaissance qui était censé le faire...alors pourquoi ne pas s'unir ?

-Mouais...j'espère que ton amie est assez douée pour s'enfuir...

-Ma diversion est plutôt efficace je trouve...maintenant c'est à elle de contrer les forces à l'intérieur du chateau...

-Le principal est que tu sois en vie capitaine...

-Ouaip, comme toujours, allez filons d'ici avant que tout cela ne finisse en bain de sang comme à Solitude...prépares un chariot à l'extérieur, ce sera plus pratique pour transporter l'or...

-Comme tu voudras, cap'taine.

Ri'Azzad avant de quitter la ville scruta le Chateau de Coeur-De-Roche en espérant que Kahona allait s'en sortir...

Dar'Shazam
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Dim 15 Déc - 15:16

Ri'Azzad sembla ravi de retrouver ses affaires, tant mieux, au moins je ne l'avais pas fait pour rien. Cependant, il se mit à ricaner lorsque je lui demandai d'ouvrir la porte. Il lança d'un ton sarcastique :

- Oh...je pensais que les voleuses avaient pour vocation d'ouvrir les portes...je ne voulais guère, vous dérobez ce petit plaisir...mais soit !

Je hochai les épaules. Oui c'était bien le travail des voleurs. Mais lorsqu'on peut ne pas faire d'effort, pourquoi se priver ? Avant que l'ex-ambassadeur ne puisse ouvrir la porte quelqu'un s'en chargea pour lui. Des gardes portants d'étranges armures entrèrent suivit d'un homme en tenue de noble. Le chambellan peut-être bien ? L'un des garde retira son heaume. Quel idiot ! Cela ne faisait que le rendre plus vulnérable. Je rapprochai lentement ma main de ma dague lorsque le garde tonna :

-Au nom du Jarl Arthar de Markarth et de son Chambellan, je vous mets aux arrêts, déposez les armes ou mourrez...

Ahahahah. Ah... Si vous saviez le nombre de fois où j'ai entendu ces mots. Si les gardes faisaient vraiment ce qu'ils disent, je serais déjà arrivée au bout de mes neuf vies. Enfin... Soit. Ri'Azzad et moi nous mîmes à reculer, je me souviens avoir jeter un bref regard vers le balcon. C'est alors que le Khajiit saisit le nordique et menaça :

-N'avancez plus, bandes de ragnards, ou le nordique mourra...

Il me prit alors par le bras et murmura :

-Va à la trésorerie et retrouves moi à l'extérieur de la ville, je vais faire diversion...passes par le balcon.

Je hochai la tête et ne me fit pas prié. Normalement, la trésorerie devait se situer dans l'étage au dessus de nous mais il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir. Je parvins tant bien que mal à me hisser sur le balcon qui se trouvait au dessus de ma tête. Pendant que je grimpai, j'avais pus entendre Ri'Azzad peononcer quelques mot :

-Salutation, Chambellan, je ne pense pas que nous nous sommes déjà rencontré, mon nom est Ri'Azzad...fléau des mers pour certains, libérateur pour d'autres...à vous de voir...

Je ne pus en entendre plus, mais j'espérais qu'il parviendrai à se sortir de cet endroit sain et sauf. Je me mis à siffler et un éclair  noir me rejoignit : Falco. Le faucon se posa sur mon épaule et nous entrâmes dans la pièce rattachée au balcon. Il s'agissait d'une sorte de dortoir, sans doute le lieu où dormait les domestiques. Les lits était vide, une chance, les serviteurs du château travaillait sans doute tard. Je rabattis ma capuche sur mon visage et fis signe à Falco de décoller. Le faucon obéis, me devançant de quelques mètres. D'un pas hésitant je sortis de la salle. Ce n'était pas le moment de ce faire remarquer, je devais trouver la trésorerie. Soudain, alors que j'arrivais à un croisement, le cri de Falco m'alerta. Quelqu'un approchait !
Je me collais à un mur. Priant pour que, qui que soit cette personne, elle ne me voit pas. C'était un garde, il ne m'avait pas remarquer. Ouf. C'était moins une. Mais de nouveau bruit de pas se firent entendre alors je ne bougeais toujours pas. Un nouveau garde arriva. Falco c'était caché dans un coin et observait la scène avec intérêt, tout comme moi. L'un des gardes dit :

- Suis-moi, la recrue, j'ai entendu dire qu'il y avait des voleurs dans le Palais. Il faut qu'on sécurise les appartement du Jarl et la trésorerie.

L'autre garde répondit d'un hochement de tête. Leur petite conversation m'avait donné une idée. Le garde qui avait parlé se mit en route vers la trésorerie, quittant du regard son compagnon. Alors que la recrue s'apprêtait à le suivre, je posais ma main sur sa bouche et l'assommai. Aussi vite que possible j'enfilais son armure et son heaume. J'avais à peine caché le corps inanimé du soldat que son compagnon se retourna.

- Alors, qu'est-ce que tu attends ?!

Je ne répondis pas et rejoignis le garde d'un pas rapide tandis qu'un petit coup de vent derrière moi me fit comprendre que Falco nous suivait également. Je suivis le garde jusqu'à la trésorerie. La une poignée de soldat nous attendait. Lorsque nous fûmes arrivés, l'un d'eux dit en pointant du doigt quelque uns de ses collègues et moi :

- Bon, vous, dirigez-vous devant la trésorerie, nous on s'occupe des appartement du Jarl.

Parfait. Les choses se passaient exactement comme prévus, il ne me restait plus qu'a me débarrasser des trois gardes qui m'accompagnait et se serait réglé. Nous arrivions enfin devant la porte de la trésorerie, notre petit groupe de quatre se sépara en deux. Deux gardes entrèrent dans la salle des trésors pendant que je restais dehors avec l'un des gardes. Ce qui c'est passé ensuite, et bien c'est assez facile à deviner. Je me suis débarrassé du garde qui était dehors avec moi, le bruit à alerté les deux autres qui étaient à l'intérieur et je les ai assommé aussi avant d'entrer dans la salle des trésors. Je retirai l'armure du garde que j'avais dérobée avant d'observer le lieu quelques minutes. Du sol au plafond, il y avait de l'or partout. C'était magnifique. Je fis comprendre à Falco de surveiller mes arrières pendant que je remplissait deux ou trois sacs d'or. Ce n'était pas autant que ce que j'avais espéré mais seule je ne pouvais pas en prendre beaucoup plus. J'avais un quatrième sac, plus petit que les trois autres que je remplis avant de le confier à Falco.
Il ne restait plus qu'a sortir de la ville. "Plus qu'a". En réalité fut plus difficile que prévu. Les sac m'alourdissaient et faisaient du bruit, un bruit qui attira les gardes bien évidement.

- Eh vous ! entendis-je plusieurs fois, lâchez ses sacs et rendez-vous !

Dans ces moment là; la meilleurs chose à faire était encore de courir sans s'arrêter. Ce que je fis, par chance, mes pas me menèrent jusqu'à la sortie du Palais. Je me mis alors à courir de plus belle, il faisait nuit et les rues était déserte. C'était à la fois une bonne chose, car personne ne me ralentissait, et une mauvaise, il n'y avait aucune foule où se dissimuler. Cinq gardes me suivaient de près et j'en entendis un crier :

- Rattrapez-là ! Un khajiit nous à échapper et c'est déjà trop ! On a plus le droit à l'erreur.

J'en déduit que Ri'Azzad s'en était sorti, c'était déjà ça. J'arrivais enfin en vue des porte de la ville, Falco les passa quelques secondes avant moi. Je du faire encore plusieurs mètres avant d'apercevoir un chariot dans lequel se trouvaient plusieurs personnes, dont Ri'Azzad. Ma je me mis à crier :

- Mais qu'est-ce que vous attendez pour démarrer ce chariot !

Ce ne fut pas la peine d'en dire plus, le conducteur faisait déjà avancer le cheval. J'eu à peine le temps de lancer les sacs dans le chariot et de monter avant que le cheval ne soit partit au grand galop. J'observais un peu plus les pirates qui accompagnaient le pirate, c'était tous des Khajiits, ou presque, car le conducteur était un Argonien. Je me tournais vers Ri'Azzad, il semblait bléssé mais je n'y fit pas attention, et dit essoufflée :

- J'espère au moins que le temps qu'on rejoigne votre navire, ils seront loin derrière nous.

Falco vint se poser sur mon épaule, lui aussi semblait exténué. Un des pirates dit alors :

- "On" ? Vous comptez quand même pas monter sur l'Astral ?

- Ben si. Pourquoi ?

- Mais vous êtes timbrée on vous jamais dit qu'une femme sur un navire ça porte malheur ?!

Je poussai un long soupir.

- Oh, pitié ! Vous croyez quand même pas à ses idioties ?! Et puis croyez moi je vous porterez bien plus malheur si vous me faîtes rester à terre.

A peine avais-je finit ma phrase qu'un flèche vint se planter dans le chariot. Jetant un coup d'œil derrière nous, je constatai que nos poursuivants n'avait aucune envie de nous laisser partir...

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
Sifit
Chambellan de Markarth
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Dim 15 Déc - 17:57

La scène fut d’une telle rapidité que Sifit n’eut le temps de se présenter aux deux khajiits. L’un ou plutôt l’une des deux pris la fuite en grimpant à l’étage au-dessus, et l’autre lorsqu’il prit Dreïn en otage fit un long monologue soit pour se vanter ou soit pour gagner du temps. Cependant, son discours n’était pas inintéressant et les rumeurs à son sujet étaient bien fondées. C’était bel et bien l’ancien ambassadeur D’Elsweyr, Mathias, le Khajiit renommé en Tamriel pour son éloquence et pour ses actes de bravoures lors de la guerre contre le Domaine… Qui l’eut cru ? Néanmoins par son discours il en vint à critiquer Bordeciel, ses habitants et ses dirigeants, à avouer son changement radical de comportements ainsi que ces crimes perpétrés au nom de quoi ? De la vengeance de son peuple. Pour l’impérial, ses titres et actes passés ne valaient plus rien dès le moment où par sa propre volonté ce khajiit décida par le sang de régler ses différents avec  Bordeciel. Il devait être puni, il devait mourir !

Alors qu’il s’approchait de la fin de son discours, le khajiit fixa Sifit d’un air haineux et en vint à le menacer si le chambellan tentait une riposte. Jamais, l’impérial ne vit pareil regard, et jamais il ne l’oubliera… La suite ne fut que des péripéties. Le khajiit lança le nordique sur le groupe et renversa le chambellan à terre avec comme charge le nordique sur lui, comme quoi il fallait que Dreïn soit lourd dans les deux sens du terme… Après s’être relevé, les gardes partirent à la recherche du pirate hormis le chevalier qui resta à ses côtés. Sifit ne pouvait à lui seul par la force de ses bras battre ou retenir des guerriers de la sorte, mais il y a tant d’autres manières de vaincre dans ce monde, il suffit juste d’avoir le pouvoir pour cela.

Arrivé  dans son bureau, son page l’attendait, réveillé à la suite des événements. On pouvait voir la fatigue du jeune homme avec ses cernes et à la façon dont il baillait. Il était assis sur une table, plume dans une main et l’autre sur un parchemin. Sifit qui était alors entouré du chevalier et d’autre gardes leurs adressa ses ordres.


Gardes, l’heure est grave, l’intrusion qui à eut lieu ici est intolérable et plus que ça encore, le khajiit s’est enfui, il doit maintenant être sortis de la ville en direction du Nord. Je pense que leur sortis n’est pas passé inaperçu aux yeux des gardes. S’ils ont eu l’esprit d’initiative ils sont sans doute partis à leur poursuite, et s’avançant vers le chevalier. A compté de maintenant, vous poursuivrez ces individus, vous les traquerez et vous les tuerez !

Et s’il dépasse les frontières de La Crevasse ?


C’est là que j’interviens, je vais dès maintenant rédiger des lettres aux différentes châtelleries et villages proches et leurs demander de vous laisser libre de vos mouvements et aussi de leurs demander de rejoindre notre traque. Ce qu’ils feront naturellement, ces pirates ont déjà frappé à Solitude, les gens d’Haafingar veulent leur tête sur une pique, quant aux autres, la peur d’un nouveau pillage les fera songer à notre solution. A présent, prenez vos vingt meilleurs cavaliers et poursuivez les ! Vous devriez les rejoindre d’ici une journée à Folpertuis aux galops. Leur route sera coupée au pont, ils n’auront d’autre choix que de prendre le chemin des montagnes au Nord. Là ils devront faire face à la force des éléments, aux créatures qui y résident et aux parjures qui guettent

Le chevalier après un simple hochement de tête sortis de la pièce en courant tandis qu’un autre entra dans la pièce essoufflé et apeuré.

Votre excellence, la trésorerie du palais vient d’être attaquée ! Des gardes ont été tué et de l’or volé, deux à trois fois l’équivalant d’un sac bien remplies…

« Il ne manquait plus que cela ! » Songea Sifit, perplexe par cette perte. Cependant, l’or il en restait suffisamment si les indications du gardes s’avariait vraies. Après un moment de réflexion, Sifit interpela un autre garde présent.

Toi ! Tu vas aller à la rencontre du Jarl, le prévenir de ce qui se passe si ce n’est déjà fait ainsi que de mes décisions. Tu emmèneras ensuite ses enfants et sa femme en lieu sûr. Maintenant !

Le garde partis à son tour en courant. Sifit après avoir donné ces instructions pour garantir le retour au calme dans le palais et dans la ville congédia le reste des gardes présent. Il avait donné entre temps l’ordre de s’occuper de Dreïn, il était maintenant enfermé dans une cellule, peut être encore inconscient qui sait. « Et dire que c’est par sa faute que tout cela à dégénéré, il a la chance que je sois un minimum indulgent envers lui, sinon se serait son cadavre au bout d’un fil que j’aurais ordonné », pensa Sifit avec amertume… Maintenant, il était seul avec son page qui semblait somnolant. Après avoir frappé du poing sur la table en réveillant le jeune homme, il lui dicta ce qu’il devait écrire.

Tu vas envoyer six lettres que nous enverrons par corbeaux, l’un à Folpertuis en priorité par rapport au plan que j’ai cité tout à l’heure, un à Rorickbourg pour avoir un soutien venant de l’Est et les empêcher de passé par les plaines de Blancherive, et les autres tu les enverras à Morthal, Pendragon et Solitude pour qu’ils fassent des patrouilles dans leurs périmètres.

Après avoir pris en compte les différentes destinations, le page troublé demanda au Chambellan.

Vous aviez dit que vous feriez six lettres, je n’en dénombre que cinq.

La dernière lettre, je l’adresse à la Main du Roi, si il est fidèle à ces paroles, les actes perpétrés par ce Ri’Azzad ne resteront pas impunis, il nous aidera dans notre traque. Quant à moi je ne serais pas là sans rien faire, moi aussi je le traquerai jusqu’au bout …

Et regardant les grandes flammes dans sa cheminé, en voyant le reflet de sa détermination, ajouta :

… Jusqu’en dans l’Oblivion s’il le faut…
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Ven 20 Déc - 22:17

Aux écuries était stationné un chariot dont le conducteur n'était autre que Dreet-Lai, un contrebandier argonien se faisant passer pour un marchand itinéraire. Cependant, tout les plus grands criminels savaient que ce n'était autre qu'un riche représentant de la contrebande en Bordeciel.

-Dreet-Lai, cela fait bien longtemps, vieux lézard ! J'ai besoin de tes services, on doit évacuer la Crevasse le plus rapidement possible jusqu'au nord, tu seras payé par l'or de ce cher jarl de Markarth...

-Ri'Azzad, j'ai l'impression de ne plus t'avoir vu depuis mon éclosion ! Par les Hists, ça fait longtemps, bien sûr, allez montes, tu m'as autrefois accueillis à bord de l'Astral, je serais bien peu reconnaissant de ne pas faire pareil avec cette carriole.

-Tu devrais laissé l'action de coté l'ami, tu as de quoi monter toute une entreprise et avoir tes propres hommes de mains, de plus rester en solitaire est bien peu prudent...

-Justement, qui accuserait un pauvre marchand arpentant les routes par tout les temps, d'être l'un des plus riches contrebandiers de la province ?

-Un loup parmis les agneaux...je sais ce que c'est. rétorqua le Khajiit éclatant de rire, se rappelant alors aussitôt qu'il était blessé à l'épaule.

-Exactement, tu sembles être blessé, ça va aller ? Tu veux que je te conduise chez un médecin avant ?

-Non, ne t'inquiètes pas, il y a un médecin à bord de l'Astral.

Peu de temps après, Kahona était de retour avec le plus important...le butin ! Elle le déposa dans le chariot et fit signe à l'argonien de démarrer. Une fois hors de portée, du moins c'est ce que les criminels pensaient, l'un des pirates et Kahona se mirent à discuter. Les marins avaient pour coutumes de ne pas emmener de femmes à bord du navire. Des idioties, sur l'Astral, il n'y avait aucune distinction entre la race, le sexe ou tout autre "différences" habituelles qu'infligent la société aux gens.

Mais soudain, une pluie de flèche vint s'écraser autour des fugitifs, une demi-dizaine de cavaliers avec un autre chariot étaient toujours à leur poursuite. Dans l'urgence, le plus important était de se débarasser des cavaliers qui pouvaient à tout moment les atteindre. Leurs chevaux étant beaucoup plus rapide que le chariot.

Ayant perdu l'usage de son bras gauche, Ri'Azzad n'était plus capable de se servir ni d'un arc, ni d'une arbalète. Il opta alors par les couteaux de lancers, il fit signe à Dar'Shazam de lui en confier trois paires. Il lança le premier dans la poitrine du cavalier le plus proche dont la face s'écrasa rapidement sur le sol boueux de la Crevasse. Dreet-Lai annonça au même moment:


-Ils ont du faire un barrage au nord...on ne pourra pas passer par là...qu'est-ce qu'on fait ?

-Passons par le sud, par la châtellerie d'Epervine, c'est le chemin le plus long mais le moins risqué...conduis nous à Faillaise, nous prendrons des chevaux jusqu'à Vendeaume où nous utiliserons un bateau pour se diriger à Haafingar.

-C'est un chemin très long et semé d'embûches, nous pourrions passé par les montagnes et directement atteindre le nord...

-C'est ce qu'ils veulent qu'on fasse, non, de plus, je doute que le chariot pourrait rouler dans les multiples sentiers montagneux, a Faillaise, tu pourras te faire oublier, je suppose que tu as gardé tes contactes avec la Guilde des Voleurs, la ville étant rongé par la corruption c'est parfait. Si nous survivons à tout ceci, je te félicite, Dreet-Lai.

-Bien, oui les Voleurs de Faillaise s'occuperont de me blanchir, pour vous par contre...votre tête est peut être déjà mise à prix...

- Et bien soit, nous aurons tout le temps de nous faire oublier à bord de l'Astral...

C'est ainsi que les fugitifs réussirent à s'échapper de la Crevasse...la garde de Bordeciel ayant mise leur tête à prix, ils se firent très mobile ne restant jamais plus d'un jour au même endroits. Essayant de prendre des chemins peu fréquentées et n'hésitant pas à dégainer contre la moindre menace...

Les chemins boisés de la châtellerie d'Epervine furent très agréable, les pirates et la voleuse commençait lentement à se connaître, Ri'Azzad ressentit une étrange sensation en revoyant ce lien avec son ancienne vie...il n'aimait pas repenser à son passé, il chassa rapidement ses mauvaises idées de sa tête et se concentra sur leur évasion de Bordeciel. La province toute entière était devenue leur prison...et ils étaient tous de grands adeptes des évasions...cela tombait bien.

Aaah...Faillaise, ses magnifiques arbres au feuillage orangé, rappelant l'automne, toute aussi magnifique qu'Epervine bien qu'un peu moins sinistre, sauf lorsque la brume se levait...alors le paysage semblait devenir très hostile.

Dreet-Lai se sépara de la compagnie se cachant parmis la Guilde des Voleurs à Faillaise. Les Khajiits achetèrent des chevaux, grâce à leur butin, et chevauchèrent en direction de Vendeaume. Ils avaient failli se faire repérer par un garde sur les docks, mais l'intervention miraculeuse d'un ivrogne avait réussit à faire diversion.

Le petit bateau de transport les déposèrent aux environs de la baie où était accosté le navire pirate. Le navigateur fut généreusement payé, non seulement pour le voyage mais aussi pour garder le silence.

L'Astral, ancienne fierté de la marine d'Elsweyr, aujourd'hui, Fléau des Mers, le navire avait tout comme son capitaine, changer d'orientation. La compagnie féline grimpa à bord du navire sous les acclamations de l'équipage.

C'est alors que le maître d'arme du navire s'approcha de la compagnie les bras ouverts:


-Salutation, que les Lunes nous apportent richesses et gloire ! C'est un bonheur de vous revoir !

-Hey, S'Renji, j'aimerais te présenter Kahona Helsing...une voleuse dont les talents ne sont plus à prouver. C'est un peu à elle que revient toute la gloire de ce vol aujourd'hui. Nous avons pillé les richesses du jarl de la Crevasse...j'ai failli y laisser la peau à plusieurs reprises...d'ailleurs, il faudra que tu préviennes le médecin que j'aurais besoin qu'il examine un peu plus ma blessure...je te laisse faire connaissance avec cette Khajiite aussi charmante que féroce.

-Bien capitaine, S'Renji reporta son intention sur la voleuse, Helsing ?...ce nom...je ne sais pas, on se connait non ?

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Lun 30 Déc - 19:02

Comme je le craignais, le Chambellan de Markarth n'allait pas abandonner si facilement. Tandis que le chariot avançait à vive allure, nous étions poursuivit par une troupe de cavalier dont les rapide chevaux n'allait mettre que quelques minutes avant de nous atteindre. Nous devions donc nous débarrasser d'eux le plus vite possible ! Par chance, les pirates étaient bien équiper, la plupart possédait des couteau de lancer, une arbalète ou un arc. J'en empruntais d'ailleurs un pour me joindre au "combat". Par chance, ou grâce à nos talents pour viser, à vous de voir, nous parvînmes à nous débarrasser de nos poursuivants.
Pendant le combat, j'avais entendu Ri'Azzad se mettre d'accord avec le conducteur sur le chemin à utiliser. Apparemment son plan consistait à se rendre à Faillaise, y dérober des chevaux puis nous diriger vers Vendeaume pour rejoindre un autre endroit, etc... Mouais, en somme le voyage allait être bien long. Mais honnêtement ça ne me dérangeai pas spécialement, le seul problème était plutôt que plus nous restions sur la terre ferme plus nous avions de chance de nous faire arrêter... D'un autre côté ce n'est pas comme si nous avions aucune chance de nous enfuir de cette possible mise en prison. En résumé : les chose se passait plutôt bien, pour nous du moins.
Le voyage fut long, nous devions sans cesse rester sur nos gardes, ne jamais rester au même endroit plus d'un jour et surtout, nous devions être prêt à attaquer à la moindre menace. Ceci dit, même si l'ambiance fut parfois tendu, le voyage en lui même fut très agréable et puis au moins je pouvais faire un peu connaissance avec les pirates. Notamment le grand naïf superstitieux, un khajiit du nom de Ji'Taka. Il était un peu macho sur les bord mais pas vraiment désagréable. A vrai dire, tout les autres pirate lui ressemblait un peu mentalement... quoi que eux n'étaient pas aussi superstitieux. De toute façon, il allait bien falloir que je m'y habitue, étant donné que je risquer de voyager avec eux pendant un bon moment.
Quant à Falco, mon faucon, il se fit plutôt discret durant le voyage, je me doutais que la présence d'inconnu le gênait. Mais les jours passant, il finit tout de même par se sentir plus à l'aise.
Faillaise fut enfin en vue, nous "empruntâmes" quelques chevaux puis direction Vendeaume. Là-bas, nous montâmes dans un bateau non sans avoir faillit nous faire prendre avant de débarquer dans une baie pour réembarquer dans un nouveau navire : l'Astral. En l'apercevant pour la première fois, je poussai un sifflement admiratif. Si je n'était pas fan des bateaux, sans doute parce que je n'ai jamais eu le pied marin, je devais reconnaitre que l'Astral était un magnifique vaisseau.
Notre petite troupe monta à bord du navire sous les acclamation de l'équipage mais je n'en tint pas compte. Falco sur mon épaule je regardai à gauche à droite. Je n'étais jamais monté à bord d'un navire pirate mais j'avais entendu tellement d'histoire à propos de ces fléau des mers que je ne pouvais contenir mon excitation. Soudain une voix se fit entendre et mon sang se glaça. C'était une voix que je ne connaissait que trop bien.

- Salutation, que les Lunes nous apportent richesses et gloire ! C'est un bonheur de vous revoir !

Je tournai ma tête vers le nouveau venu et mon cœur manqua un battement. Je fis un pas en arrière. S'Renji ?! Lui ? Non, c'était impossible ! Il était mort ! Ri'Azzad prononça quelques mots :

- Hey, S'Renji, j'aimerais te présenter Kahona Helsing...une voleuse dont les talents ne sont plus à prouver. C'est un peu à elle que revient toute la gloire de ce vol aujourd'hui. Nous avons pillé les richesses du jarl de la Crevasse... j'ai failli y laisser la peau à plusieurs reprises... d'ailleurs, il faudra que tu préviennes le médecin que j'aurais besoin qu'il examine un peu plus ma blessure... je te laisse faire connaissance avec cette Khajiite aussi charmante que féroce.

En temps normal, mon égaux aurait été flatté par le discours du capitaine pirate. Mais pas cette fois. Revoir S'Renji me faisait un trop grand choc, c'était comme revoir un fantôme... Le pirate répondit à l'ex-ambassadeur :

- Bien capitaine.

Les oreilles rabattu en arrière, je faisais tout mon possible pour me retenir de le tuer sur le champ. Le meurtrier reporta son attention sur moi et me demanda :

- Helsing ?...ce nom...je ne sais pas, on se connait non ?

Ce fut sa phrase de trop. Sous l'effet de la colère je le saisis par le col.

- Toi... !

Si les pirates alentours furent surpris de ma réaction, aucun ne bougea.

- Comment oses-tu être encore de ce monde sale ordure ?! Et en plus tu oses faire comme si tu ne me reconnaissais pas ! Après tout ce que tu m'as fait subir ! Crois-moi, mon nom va vite te revenir et tu l'emmènera avec toi dans ta tombe !

Je le plaquai contre le mat du bateau. Ayant voyagé avec S'Renji lorsque j'étais plus jeune, je savais qu'elle force était la sienne. Aussi je doute que je sois parvenu à le plaquer ainsi si la surprise ne l'avait pas empêcher de réagir. De ma main droite je saisis ma dague, ou plutôt la dague que j'avais dérober à S'Renji il y avait de nombreuses années. La lui montrant je dit :

- La mémoire te reviens maintenant S'Renji ?

- Abanji...

- La ferme ! Je t'interdit de prononcer ce nom !

Sur ces mot, je levai la dague en l'air, m'apprêtant à la lui planter entre les deux yeux. Ce qui sait passé ensuite, j'ignore si je le doit à un des pirate qui à dévié mon coup ou si inconsciemment je ne voulait pas la mort de ce... ce monstre. Toujours était-il que la dague n'atteignit pas sa cible. S'Renji se retrouva avec une légère coupure au niveau de la joue et que la dague se retrouva plantée dans le mat. Je ne prit même pas la peine de la retirer, me contentant de lâcher la poigné. Après quelques secondes de silence je finit par dire :

- Après tout pourquoi être si bref, hein ? Ce sera tellement plus amusant de te voir te demander quand et où je déciderai de t'abattre. Quoi qu'il en soit je te déconseille de t'approcher de moi pendant ce voyage sinon je te promet que je t'arracherai les yeux et te les enfoncerai dans la gorge pour que tu puisse voir mes griffes t'étriper !

Sur ces mots, je lâchai S'Renji et m'éloignai du petit groupe pour me retrouver seul à regarder la mer quelques mètres plus loin, près de la proue. Laissant la dague plantée dans la mat. Falco, qui m'avait suivit à tire d'aile, resta silencieux, ce qui était assez rare. Il fallait que je me calme et vite. Ce n'était pas le moment de se mettre tout l'équipage à dos. Je m'assis par terre, dos appuyé contre la proue. Le regard vide, je saisis une fiole de skooma dans la doublure de ma cape. En boire avait tendance à me calmer, pas cette fois. Sous l'effet de la colère, je serrai trop la fiole, elle se brisa et quelques éclat de verre se plantèrent dans ma main.

- Nom de...

Je n'avais pas finis ma phrase que quelqu'un s'approcha. Un khajiit. S'Renji ? Pff... Il n'était tout de même pas assez stupide pour venir me mettre plus en pétard que je ne l'était déjà. Alors Ri'Azzad ? Ou peut-être un de ses matelots venu me mettre au fer ? Après tout vu ma réaction vis-à-vis de S'Renji peut-être le capitaine Kajhiit préférait-il ne pas me voir trainer en liberté sur le pont.

Spoiler:
 

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Lun 30 Déc - 20:50

Voyant défilé à nouveau la scène sous les yeux à plusieurs reprises, j'avais rapidement remarqué que ce sentiment de vide...ce silence glacial...tout semblait calme...certainement pas paisible...c'était un calme désagréable, un calme où même des pirates avides d'or et de gloire...semblaient comparable à des bonnes soeurs.

Ce silence...la tristesse, la haine...ces deux émotions formant une union parfaite dans un équilibre imparfait. La tristesse rend faible...la colère nous aveugle...les deux restent des mauvaises choses...mais les deux sont nécessaires dans l'existence...car sans la haine, il n'y aurait pas de tristesse, et sans tristesse, il n'y aurait pas de haine. Un équilibre légèrement paradoxale quand on y repense...


S'Renji, ce Khajiit au passé troublé en quête de rédemption tout en exerçant ce qu'il avait toujours fait...Ce Khajiit était peut être l'un des plus sages de tout le navire, possédant un sang froid hors du commun, il était certainement l'un de mes meilleurs éléments dans ce domaine en plus de l'apprentissage de l'art du combat à mes matelots.

La journée avait soudainement changée de visage, au départ, j'étais fière d'être l'un des premiers a avoir débarrasser ce maudit Jarl de Markarht de ses biens...mais là, c'était vraiment ce que l'on pouvait appelé un revers de la situation...l'or avait soudainement baissé dans mon estime...mon équipage passait avant tout.

Je ne connaissais même pas la raison de cette intervention assez...violente, mais, au fond, j'avais l'impression d'en savoir bien trop...nous nous sentions tous mal à l'aise...et S'Renji était le premier. Je connaissais bien ce Khajiit, c'est une véritable surprise de voir un ami, respecté, comme lui se faire maltraiter de la sorte.

Celui-ci vint à ma rencontre sur le pont, tandis que Kahona était à l'opposé du navire.

-Capitaine...je...

-Ne dis rien, je ne peux pas t'être utile cette fois, l'ami...c'est à toi seul à qui les Lunes ont imposés tout ça....

S'Renji hôcha la tête et se ravisa...il s'approcha lentement de Kahona. D'un pas peu assuré, il sentait toute la pression du passé revenir sur ses épaules...ce passé qu'il avait tenté d'ignorer dans la boisson, la piraterie et toute les autres tentations de ce monde. Il remarqua que la Khajiite c'était blessé à la main, notament en l'entendant jurer, d'une façon presque comparable à l'un des matelots sur ce navire. Il s'avança la tête basse et tendit un bandage à la Khajiite lui disant d'une voix, aussi peu assurée que sa démarche:

-Je....je...

Il ferma alors les yeux l'espace de quelques secondes retenant ce qu'on aurait pu comparer à une larme et lorsqu'il fut ressaisit ajouta:

-Je n'avais pas le choix...j'avais besoin d'argent, ma famille était menacée...j'ai tout perdu...ils sont tous morts...je n'ai plus rien...ou du moins je n'avais plus rien...ces pirates sont ma seule famille désormais...j'ai souffert autant que tu as souffert...tout comme toi j'ai cherché à me venger...j'ai réussi en ce qui me concerne, et au final...je n'ai rien ressenti...cette sensation de vide...d'errer sans le moindre but en Tamriel...j'essaye de transmettre les quelques connaissances que je possède à ses matelots, qui eux, ont été les seuls à m'accueillir...chacun d'eux, même les plus jeunes,savent manier l'épée grâce à moi...j'ai accomplis ma dernière tâche en ce monde...si je dois mourir, alors autant que ce soit par ta main...

Le Khajiit s'agenouilla, baissant la tête, sachant que son heure approchait...contrairement à tout à l'heure...les autres matelots ne firent rien...c'était sa volonté...dur choix qu'est-celui de se venger ou d'absoudre son ennemi...un choix qui n'appartenait qu'à une seule personne...

Spoiler:
 

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Mar 31 Déc - 16:12

Finalement, le Khajiit qui s'approcha fut bien S'Renji. Ce qui m'arracha un grognement. Il me tendis un bandage que je ne pris même pas la peine de prendre, il était hors de question que j'accepte quoi que ce soit de lui. Il dit d'une voix peux assurée :

-Je....je...

Il ferma alors les yeux l'espace de quelques secondes et, après s'être ressaisit, il ajouta:

-Je n'avais pas le choix...j'avais besoin d'argent, ma famille était menacée...j'ai tout perdu... ils sont tous morts... je n'ai plus rien... ou du moins je n'avais plus rien... ces pirates sont ma seule famille désormais... j'ai souffert autant que tu as souffert... tout comme toi j'ai cherché à me venger... j'ai réussi en ce qui me concerne, et au final... je n'ai rien ressenti... cette sensation de vide... d'errer sans le moindre but en Tamriel... j'essaye de transmettre les quelques connaissances que je possède à ses matelots, qui eux, ont été les seuls à m'accueillir... chacun d'eux, même les plus jeunes, savent manier l'épée grâce à moi... j'ai accomplis ma dernière tâche en ce monde... si je dois mourir, alors autant que ce soit par ta main...

Il finit par poser un genoux au sol, la tête basse. Jamais dans ma vie je n'avais eu un tel choix à faire. Certes, j'avais essayé de le tuer une fois mais ce n'était pas lui qui était venu me voir pour me dire de choisir entre sa vie ou sa mort. Honnêtement, à cet instant sa mort me paraissait la chose la plus agréable... Oh, je sais très bien ce que vous êtes en train de vous dire : "non, c'est mal, la vengeance ne mène nul part, etc...". Et vous auriez tout à fait raison de dire ça. Ceci dit, si vous aviez vécu ce que j'avais vécue, peut-être votre discours serait-il un poil différent. Après tout, nous ne savons jamais de quoi nous sommes vraiment capable avant d'être poussé à bout. D'un autre côté, je l'avais déjà "tué" une fois, alors peut-être que l'épargné serait une façon de dire adieu à mon passé pour pouvoir me tourner vers l'avenir. Qui sait ? Le poignardant du regard je répondit :

- Ne viens pas pleurer pour ton malheur. Pas devant moi. Ce que tu as pus vivre m'importe peu S'Renji, tu as fais ce que tu as fais, ma famille et moi t'avons fais confiance et tu nous as trahis... Peu m'importe les raison qui t'y ont poussé, je suis seule à cause de toi à présent.

Falco poussa un cri. Oui, c'est vrai qu'il était là aussi ce fidèle faucon. Un ami inestimable, un confident... Peut-être même une famille quelque part... Mais je ne pensais pas vraiment à ça à ce moment. Je finis par me relever et le saisit par le col :

- Contrairement à moi, tu n'es pas seul, tu as trouvé vers qui te tourner. Tu t'es trouvé une famille. Alors ne viens pas me dire que tu souffres autant que moi. Mais tu es venus ici pour que je te tue, non ? Alors assez attendu.

Je n'avais plus ma dague, alors pour lui asséné un coup, il ne me restait que mes griffes. Levant le bras en l'air, je le rabattit d'un coup sur son visage. S'Renji tomba au sol. Toujours vivant.

- Les morts n'éprouvent pas de tristesse, S'Renji. Les vivants si. Alors si ces pirates sont vraiment ta famille, ta perte les fera souffrir eux, pas toi. Et je n'ai aucune raison de faire ça.

Je m'agenouillai auprès de lui. Cinq marques de griffes lui marquaient le visage.

- Je ne te pardonnerai pas, S'Renji. Pas aujourd'hui, ni dans plusieurs mois. Mais qui sait ? Peut-être un jour serais-je disposée à entendre tes excuses. En attendant, ne m'approche pas !

Puis je m'éloignai. Honnêtement je ne savais pas si j'avais fais le bon et je ne le sais toujours pas. Le temps est passé depuis que j'ai revu S'Renji, je ne lui ai toujours pas pardonner. Sans doute ne le pourrais-je jamais. Lorsque je fus un peu plus loin, je me retournai et dit :

- Au fait, ta dague est toujours dans le mat. Je te conseille de la récupérer avant que je change d'avis et que je te la plante dans le cœur.

Finalement je partis à l'autre bout du navire et me mit à regarder la mer. Falco me rejoignit, il se posa près de moi. Le faucon poussa un cri perçant.

- Quoi ?

En réalité je savais ce qu'il avait. Il n'avait pas apprécié que je me plaigne de ma solitude alors qu'il me suivait toujours. Je me mis à lui caresser la tête lorsqu'une douleur se fit sentir au niveau de ma main. N'ayant pas accepté le bandage de S'Renji, j'avais toujours la plaie causée par les bout de verre à vif.

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Mar 31 Déc - 20:26

S'Renji après avoir reprit son poignard se dirigea vers les cales sans dire un mot...petit à petit, l'équipage reprit son rythme normal. Les matelots levèrent l'ancre et l'Astral s'avança lentement sur la mer fantôme. Je sentis trembler la mer. Le vent se levait rapidement, gonflant les voiles sombres du navire. La mer frémit de nouveau, raclant lentement la coque de la frégate Khajiite. Là-haut sur la vigie, Keem poussa un cri annonçant:

-Par les Lunes, c'est un temps parfait pour naviguer !

Un large sourire apparu sur mon visage, j'avais alors rétorqué:

-Toutes voiles dehors, camarades ! Le nord est à notre porté, cap sur la Folie de Japhet sans plus tarder !

Faisant un large mouvement circulaire avec la barre du navire, j'étais heureux de retrouver mon plus beau trésor en ce monde.

-Stendarr ! jura Malik avec son accent des régions nord de Lenclume,regardez-moi cette île là-bas, capitaine, étrange, elle n'apparrait sur aucune carte !

Donnant la barre à Do'Simba, j'en avais profité pour admirer l'île au coté du rougegarde.

-Je connais l'histoire de cette île...de toutes les histoires effrayantes qu'un marin ivre mort m'a contée dans une taverne, celle-là était la pire...

-Ah ? Racontez-moi capitaine...

Soudain, les matelots remarquant que le navire était stabilisé et que plus aucun récifs ou autres obstacles les gênaient se rassemblèrent autour de moi.

-D'après la légende, un clan de vampire aurait vécu dans ce sombre manoir là-bas...

La tête des pirates se métarmophosèrent alors...j'avais continué mon récit, voyant qu'il avait donné l'effet voulu...ces pirates n'avaient pour la plupart jamais connu d'affection de la part d'un père contant des histoires à ses enfants...ils avaient tous ou pour la plupart, vécu dans des quartiers misérables où leur seul consolation était de voir le peu de nourriture qu'ils possédaient.

-Cependant, ces vampires n'étaient pas comme les misérables suceurs de sang que l'on peut rencontrer dans n'importe quelle grotte de Bordeciel...ils s'agissaient de Seigneurs Vampires, les plus anciens ayant vécus sur Tamriel, mais aussi les plus puissants, capable de ressentirent les moindres craintes que renferment votre coeur. Comme tout les vampires, les âges ne les affectaient pas...ils étaient immortelles...leur chef se nommait Harkon, un vampire aussi craint que respecté...malgré les nombreux complots visant à prendre sa place...ces seigneurs vampires avaient pour but d'assombir le soleil pour ainsi ne plus craindre ses effets...cependant, un ordre de guerriers appelé la Garde de l'Aube élimina la menace et purgea ses abominations...d'après la légende, une seule femme sur tout ces vampires auraient survécus...mais la suite...personnes ne l'a connait...

-Bouaaah...déclara Dar'Shazam frissonant, que ces créatures soient maudites par Masser et Secunda ! Joli récit en tout cas, mais...bon à ne faire peur qu'aux enfants...mentit le Khajiit.

-Si tu le dis, on verra bien qui transpirera le plus cette nuit en y repensant !

-Insinuerais-tu que je ne ressentirais ne serais-ce...qu'une...petite...crainte vis-à-vis de quelque chose ou de quelqu'un ?

-Je n'insinues rien du tout, Dar'Shazam...rien du tout...

Tout les matelots se mirent à rire voyant le redoutable et cruel Dar'Shazam dans une telle situation.

-Moui...on verra bien qui rira le dernier, bande de ragnards ! Allez, resserez-moi ces maudits cordages...du travail baclé tout ça !

Je pris alors mes distances, voyant que l'équipage devait reprendre son activité. Je me suis, par la suite, approché de Kahona, remarquant qu'elle était toujours blessé...

-Tu devrais aller voir le médecin du navire, d'ailleurs maintenant que j'y repense...je n'y suis toujours pas aller moi même pour cette maudite blessure à l'épaule...viens, je vais en profiter pour te faire visiter un peu le navire et te montrer où tu pourras dormir. Bon avant tout, voici ma cabine, vu le désordre qui s'y trouve, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'y aller...

En réalité, c'était l'un des endroits les plus ordonnés de tout le navire...juste que c'était aussi là, où était stocké les butins les plus chers...et connaissant Kahona, j'avais pris toutes mes précautions. Je lui présenta alors les cales, un endroit où l'on plaçait la nourriture et autres ressources nécessaires à la vie sur ce navire. A coté se trouvait, le quartier de l'équipage, reconnaissable par son odeur de transpiration désagréable...je n'avais jamais dis que la vie en mer était agréable...

Nous nous enfoncions alors encore plus dans les profondeurs de l'Astral, en bas ce trouvait la cuisine, où le chef avait l'art de faire la plupart du temps...du poisson, pas très étonnant, me direz-vous. Plus loin, avait été placé la cabine du médecin, un nordique du nom de Lokir, il sembla heureux de me revoir et m'annonça:


-S'Renji m'a prévenu pour ta blessure, par contre, pour la minette, je ne sais rien !

J'avais deviné le regard noir que lui lancerait Kahona, anticipant alors, je lui rétorquai:

-Vois si tu peux me rafistoler ça, pour Kahona, d'ailleurs, je te présente Lokir, le meilleur et le seul médecin du bord, elle c'est blessé à la main...

-Pour vous, la blessure c'est infecté depuis le temps, je pense que Do'Simba devra prendre la barre au moins une semaine...pour Kahona, elle ne sentira plus rien d'ici deux ou trois jours...logiquement.

J'avais lâché un soupire...je devinais la joie de mon second en sachant qu'il allait devoir diriger plus longtemps l'Astral...mais d'un autre coté, j'allais pouvoir en profiter pour régler d'autres affaires.

Lokir s'occupa de nous d'une manière rude mais efficace, par la suite, je me doutais que toute cette aventure avait du fatigué la voleuse, je lui avais alors proposé la guidant jusqu'à une petite pièce annexe qui serait un peu plus confortable que le quartier de l'équipage:

-Nous t'avons aménagé une petite chambre, oh ce n'est pas le luxe d'un palais nordique mais je pense ça suffira, tu auras mieux une fois que nous serons arrivés à la Folie de Japhet...d'ailleurs, qu'est-ce que tu comptes faire après ça ? Je me doute que tu ne désires pas t'éterniser trop longtemps sur le navire...ce n'est pas dans la nature d'une voleuse...mais je sais par contre que ta tête a été mise à prix...tu es la bienvenue sur l'Astral aussi longtemps que tu le désires...par contre, je te préviens, la vie en mer n'est pas la plus facile...je pense rester quelques semaines à la Folie de Japhet, notre repaire, si tu le désires, je connais des personnes là-bas qui pourraient te ramener en Bordeciel.

Après sa réponse j'ajoutai:

-Aufaite...merci pour ce "coup de main"...sans mauvais jeux de mots...dis-je en pointant sa blessure d'un hochement de la tête, je m'en souviendrais...ça me fais plaisir de revoir une tête du passé...tu sais, de mon ancienne vie...mais bref, je vais te laissé, libre à toi de te balader sur le navire...tant que tu ne touches à rien...il faudrait mieux pour notre survie à tous...la Mer Fantôme est très hostile...surtout en cette période de l'année, bonne soirée, si tu as besoin je serais dans ma cabine...

En sortant de la chambre rudimentaire de Kahona, Lokir s'approcha me murmurant:

-Capitaine, cette petite, je la connais...je l'ai déjà vue...et...

Ce qu'il m'avait apprit par la suite me figea sur place. Kahona n'avait pas chômé pendant la suite des événements passés...il faut croire qu'elle allait devoir choisir un camp...

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Jeu 2 Jan - 18:47

Ri'Azzad avait finit par me conduire jusqu'au médecin du bateau un certain Lokir qui ne m'inspirait pas vraiment confiance mais après tout c'était un pirate. Vous avez déjà vu un pirate qui inspire confiance ? Moi non. Il nous soigna puis ce cher capitaine pirate me conduit à "ma chambre".

-Nous t'avons aménagé une petite chambre, oh ce n'est pas le luxe d'un palais nordique mais je pense ça suffira, tu auras mieux une fois que nous serons arrivés à la Folie de Japhet...d'ailleurs, qu'est-ce que tu comptes faire après ça ? Je me doute que tu ne désires pas t'éterniser trop longtemps sur le navire...ce n'est pas dans la nature d'une voleuse...mais je sais par contre que ta tête a été mise à prix...tu es la bienvenue sur l'Astral aussi longtemps que tu le désires...par contre, je te préviens, la vie en mer n'est pas la plus facile...je pense rester quelques semaines à la Folie de Japhet, notre repaire, si tu le désires, je connais des personnes là-bas qui pourraient te ramener en Bordeciel.


Pour le luxe, ce n'était pas un problème, j'avais l'habitude de voyagé et vivre dans le luxe n'était pas vraiment mon truc. Quant à ce que je comptais faire après, je ne savais pas vraiment. Il fallait que j'y réfléchisse... Je lui répondis :

- Je te remercie. Je vais y réfléchir.

Ri'Azzad finit par ajouter :

-Au faite... merci pour ce "coup de main"...sans mauvais jeux de mots...  je m'en souviendrais...ça me fais plaisir de revoir une tête du passé...tu sais, de mon ancienne vie...mais bref, je vais te laissé, libre à toi de te balader sur le navire...tant que tu ne touches à rien...il faudrait mieux pour notre survie à tous...la Mer Fantôme est très hostile...surtout en cette période de l'année, bonne soirée, si tu as besoin je serais dans ma cabine...

J'hochai la tête et il partit. Je passai le reste de la journée à l'intérieur de la cabine ce qui ne ravit pas mon estomac. Falco, lui, sortit plusieurs fois. Lors d'une de ses sorties, il me ramena même une lettre. Où l'avait-il trouvé ? Aucune idée mais elle était là. C'était une lettre de mon "patron", la Main du Roi. Apparemment j'avais un travail à accomplir sur ce navire. Ce travail ne me réjouissait guère mais j'avais donné ma parole... comme si j'en avais une. Enfin, il faisait nuit et c'était le moment idéal pour passer à l'action. A peine étais-je sorti de ma chambre que j'entendis une voix dans mon dos :

- Tien tien... Notre petite voleuse est de sortie.

Je me retournai. C'était Ji'Taka, l'un des pirate que j'avais rencontré dans le chariot. Il était en train de tailler un morceau de bois avec son poignard.

- Qu'est-ce que tu fais ici ?

- On m'a demandé de te surveiller. De voir si tu ne faisais pas de bêtises.

Je croisais les bras.

- Oh, sortir de ma chambre fait partie de ses "bêtise" ?

- Exact. Alors tu vas me suivre gentiment jusqu'à la cabine du capitaine ou pas ?

Je le fusillai du regard, pour quelqu'un qui avait le droit de se balader sur le bateau, je trouvais qu'on me surveillait beaucoup. Beaucoup trop... D'un autre côté si je lui disais "non", j'allais certainement avoir de plus gros problème encore.

- Soit.

Ainsi il me mena jusqu'à la cabine du capitaine et vue que quelques pirates semblaient également être venus, je me demandais ce qui pouvait bien m'attendre tout en regrattant amèrement d’avoir rende sa dague à S’Renji. Elle aurait pu mettre très utile ...  Ji’Taka frappa à la porte et me fit signe d’entrer. Pour un endroit qui, d’après Ri’Azzad, était censé être en pagaille quelque heures plus tôt je trouvais cet endroit très bien rangé. J’observai les lieux quelques minutes avant de me demander.

- Alors ? Qu’est-ce que j’ai fais cette fois ?

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Jeu 2 Jan - 21:04

-Capitaine, cette petite, je la connais...je l'ai déjà vue...et..

J'avais alors rapidement coupé Lokir, ayant déjà fait l'expérience de parler dans le dos de la Khajiite...généralement ses oreilles de félines ne perdaient pas une miette des conversations même à voix basse.

-Attends, nous allons en parler dans ma cabine, Lokir...il vaudrait mieux.

Nous remontâmes petit à petit jusqu'à l'extérieur, avant d'entrer directement dans la capitaine, sans traîner davantage.

-Capt'aine, comme vous le savez, avant j'étais un garde de BlackCastel...et cette Kahona, je l'ai déjà vue...à la cours de l'actuelle Main du Roi, Edvard Stalion, c'est une de ces alliées ! Elle a prêté serment sous mes yeux à ce lord Stalion...je vous assure, je n'aurais jamais oublié une Khajiite de la sorte se baladant avec un faucon...

-Ah ? Alors si ce que tu dis est vrai...il va falloir, changer nos plans...préviens les matelots, avec discrétion bien sûr, de surveiller Kahona qu'elle ne sorte pas de ses quartiers...

-Bien capitaine...

Alors cette voleuse fréquentait l'élite de la société nordique ? Voilà qui n'était pas un hasard avec cette "étrange" retrouvaille à Markarht...il fallait mettre les choses au point.

Je saisis mon journal rédigeant quelques notes personnelles...soudain, un papier glissa de celui-ci...un papier qui m'était inconnu...Il semblait assez ancien, c'était une missive venant...d'un émissaire du Domaine Aldmeri:


" Missive destinée à l'ambassadeur Trandhiel uniquement,

Seigneur, nous avons fouillé comme vous nous l'aviez demandé tout les secteurs qu'à utiliser ce navire transportant le Coeur des Neiges pour se rendre en Elsweyr...tout porte à croire que l'équipage a sabordé lui même le transport maritime...cependant, nous savons que notre cible n'était déjà plus sur celui-ci quand il a coulé...d'après nos rapports, le navire aurait accosté à Solstheim pour reprendre des vivres...tout porte à croire que la gemme se trouve là-bas...je pense y envoyé une escouade...j'espère que cette lettre vous parviendra sans encombres...

Veuillez bien recevoir mes salutations les plus respectueuses, le commandant Nadraël."

Le Coeur des Neiges...par les Lunes, cette babiole ne cessait donc de me pourchasser ! En un sens...ce genre d'artefact valait cher...très cher...un trésor dépassant les montagnes d'or de la Régence de Bordeciel...un trésor que j'allais très bientôt posséder...Solstheim sera donc notre prochaine destination.

Rangeant les documents dans un tiroir, je fis signe à l'un de mes hommes de faire venir Kahona...il s'exécuta sans plus tarder. La Khajiite débarqua alors, accompagné par Ji'Taka.


- Alors ? Qu’est-ce que j’ai fais cette fois ?

J'avais réprimé un léger sourire à cette phrase...avant de répondre:

-Je pense que la question n'est pas ce que tu as fais...mais ce que tu allais faire...nous savons que tu travailles pour la Main du Roi, Edvard Stalion...nous savons pour le serment...nous savons toute l'histoire !

En réalité, je bluffais un peu...il valait mieux exagérer que de ne pas assez exagérer justement...

-Je ne sais pas à quoi tu joues...mais, il va falloir choisir ton camp Kahona...si tu m'avoues les raisons de cette mascarade en prouvant ta bonne volonté...alors, tu auras la certitude que tu ne mourras pas ce soir...dans le cas contraire...je n'ai pas d'autres choix...vois-tu...la piraterie est un monde dangereux, où la trahison est courante...sauf qu'en général, avec moi, les traîtres ne s'en sortent jamais...tu as plutôt intérrêt à être convaincante...ou toi et ton oiseau...risquez de dormir avec les poissons cette nuit....

Me redressant sur mon siège en plaçant deux pieds sur le bureau en chêne, volé à la compagnie de l'Empire Orientale de Solitude, il était presque aussi robuste que l'ancien, que je possédais quand je portais encore mes titres de noblesse...au final, il n'y a pas grand différence entre la politique et la piraterie...il fallait juste s'arranger pour connaître les coups de son adversaire à l'avance...et le prendre à revers directement pour mettre en échec tout ses plans. Oui...aussi amusant qu'une partie d'échec !

La stratégie de Stalion avait été mise à mal...l'issue de Kahona, qui n'était autre que ce pion ayant réussit miraculeusement à percer mes lignes de défenses, ne dépendait plus que d'elle...Le pion est le plus lent de tous et se retrouve bien vite en déroute contrairement au roi, principal élément du jeu...bien qu'en jouant à la perfection, il arrive que le pion vient à bout du roi...ce qui n'est pas ou plus le cas à présent...

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Jeu 2 Jan - 22:40

Ri'Azzad ne tarda pas à me répondre :

- Je pense que la question n'est pas ce que tu as fais...mais ce que tu allais faire...nous savons que tu travailles pour la Main du Roi, Edvard Stalion...nous savons pour le serment...nous savons toute l'histoire !

Ah... Apparemment mon alliance avec Stalion n'était pas restée secret bien longtemps. Enfin ça devait bien arrivé et puis ce n'était pas comme si le fait que Ri'Azzad soit au courant me dérangeait. Il continua sans que je l'interrompe :

- Je ne sais pas à quoi tu joues...mais, il va falloir choisir ton camp Kahona...si tu m'avoues les raisons de cette mascarade en prouvant ta bonne volonté...alors, tu auras la certitude que tu ne mourras pas ce soir...dans le cas contraire...je n'ai pas d'autres choix...vois-tu...la piraterie est un monde dangereux, où la trahison est courante...sauf qu'en général, avec moi, les traîtres ne s'en sortent jamais...tu as plutôt intérêt à être convaincante...ou toi et ton oiseau...risquez de dormir avec les poissons cette nuit....

Je ne pus m'empêcher de bailler. Sans doute plus pour le railler que parce que j'étais fatiguée. Oui, j'aime bien narguer les gens. Surtout quand ceci pense m'effrayer. Pardon ? Est-ce que je suis stupide ? Oui, sans doute. D'un autre côté, il ne faut pas être bien malin pour narguer un capitaine pirate qui peut vous tuer d'un claquement de doigt. Mais j'aime le risque, on ne me changera pas.

- C'est bon, tu as finis ? Je peux retourner dormir maintenant ? Non, plus sérieusement, ce n’est pas que je tiens à être désagréable mais on m'a dit tellement de fois qu'on allait me tuer ou tuer Falco que... Bah, au bout d'un moment ça n'a plus vraiment d'effet. Enfin je peux toujours faire un effort pour faire comme si j'avais la trouille je suppose...

Je poussai un long soupir et m'éclaircit la gorge avant de dire sur un ton aussi monotone que le ciel triste de Bordeciel :

- Ho non... Pitié, ne me faites pas de mal, je vous dirais tout... C'était convainquant ?


Falco poussa un cri. Contrairement à moi il n'était pas vraiment rassuré. Malgré mon manque d'inquiétude, Ri'Azzad avait raison, j'allais devoir choisir mon camp. Un jour ou l'autre. Autant le faire maintenant. Quoi que je choisisse un camp cherchera à me faire la peau de toute façon. Peut-être valait-il mieux éviter de mourir tout de suite et attendre d'être sur la terre ferme pour cela. Au moins là--bas j'aurais un réelle chance de m'en sortir. Finalement je haussai les épaules.

- Mais soit ! Je suis dans un jour de bonté, je répondrai donc à tes questions. Commençons par le début : je ne suis pas venue te sortir de ton emprisonnement et je ne suis pas monter sur ton navire sous les ordres de quelqu’un. Je l'ai fait seule. Ensuite j'ai reçu mes ordres aujourd'hui via une lettre que j'ai pris soin de garder.


Je sortie la lettre de la doublure de ma cape et la posa sur le bureau avec un sourire railleur.

- Je suppose que cela t'intéresse.

Puis je croisai les bras.

- Tu peux dire à tes gorilles de baisser leurs armes maintenant ou bien faut-il que je m'en charge.

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Ven 3 Jan - 17:39

Les masques tombaient ce soir...Kahona reflétait cette insolence qui ne l'avait jamais quittée malgré les années...

Elle m'avait néanmoins partager une lettre qu'elle avait reçu aujourd'hui même...étrange que personnes n'aient rien remarqué... Mes yeux parcoururent rapidement le contenu de la missive.


Edvard Stalion a écrit:
Agent Kahona...

De récent faits m'ont été contés... J'ai prit l'initiative personnel d'intervenir, vous avez prêté serment au Lion d'Or. Un récent fait s'est fait entendre en Bordeciel, le vole de Markhart par deux Khajiits. Vous êtes répertoriée et classée comme étant ennemie de l'Etat et du Royaume de Bordeciel, mais en tant qu'Homme d'Honneur, je n'oublie pas notre pacte.
Je vais personnellement contribuer à votre essor. Enrayez l'avancée des Khajiit, le butin récolté doit partir à la mer. Faites disparaître l'or.
Une prime a été mit sur votre tête comme vous devez probablement le savoir. La somme de cette prime vous sera remise.
Je tiens à ce que vous serviez avec Honneur et Loyauté la cause que vous avez rejoins.
L'agent dormant que vous étiez devient agent opérationnel, Bordeciel vous requiert.

Je vous laisse opérer en tout professionnalisme.

Cordialement,

Seigneur Edvard Stalion, Souverain de BlackCastel, Main du Roi.
Levant les yeux, j'avais annoncé à Kahona:

-Mes camarades ne baisseront pas leurs armes...et je doute que tu puisses y faire la moindre chose...ce sont des pirates, pas des gardes payés par un seigneur trop gras pour se lever de son trône...mais...tu peux avoir la certitude que je te crois jusqu'à maintenant...ta mort ne viendra probablement pas aujourd'hui...mais demain est un autre jour...nous arriverons à la Folie de Japhet dans quelques heures, à l'aube...pendant ce temps...je pense que le mieux à faire est de t'écouter vider ton sac...comment, quand et pourquoi t'es tu retrouvée aux ordres de Stalion ?

Après la réponse de Kahona, S'Renji pénétra dans la pièce hurlant:

-Capt'aine ! Il y a un navire arborant le pavillon de la Régence à nos trousses, que faisons-nous ?

-J'arrive...

Je m'étais levé rapidement, me ruant vers le pont au coté de Do'Simba qui maîtrisait la barre à travers la légère brume nocturne.

-Le mieux est de le prendre à revers en passant par les icebergs...

Le second s'exécuta et s'enfonça dans le dédale de glaciers...la coque raclait les grosses structures provoquant un bruit désagréable...on avait levé le pavillon du navire...l'Astral était redevenu ce qu'il était...un navire pirate traquant les proies susceptibles d'intéresser ses occupants...

L'adrénaline de la traque laissa place à un silence inquiétant, surtout pour nos poursuivants...ils avaient fait l'erreur de s'enfoncer eux aussi dans la zone glacière...prenant ainsi un gros risque de percuter un iceberg...ceux-ci devaient donc ralentir sérieusement la cadence si ils voulaient rester à flots...

Le navire de la marine nordique était commandé par un capitaine d'expérience ayant connu la guerre, Beorn Eau-Clair. Le regard meurtrier inspectant l'horizon à la recherche de sa cible...il méprisait les Khajiits...non, en réalité, il méprisait tout ceux n'étant pas des nordiques...

Le vétéran ne pouvait pas se permettre de perdre en vue le pirate le plus recherché de Bordeciel...voir de tout Tamriel. C'était sa gloire, ses hommes étaient moins confiant, craignant surtout l'espace étroit à travers les glaciers où leur capitaine les avaient mener de force. Beorn apperçu soudain, une étrange tâche dans les cieux...une tâche pouvant être confondue avec le soleil mais beaucoup trop petite pour l'être vraiment...une tâche qui ne cessait de grossir...une tâche qui vint s'écraser sur le navire...suivie quelques secondes plus tard, d'une salve de harpons déchirant la coque du navire...les balistes de l'Astral n'avaient jamais cessés de m'étonner. Le feu dévora lentement les voiles du navire nordique, le condamnant à la paralysie. L'eau commençait alors à pénétrer dans les failles qu'avaient provoqués les harpons dans la coque...l'Astral se rapprocha de son adversaire et les premiers grappins furent lancés.

J'ignorais ce que faisais Kahona pendant ce temps là...et honnêtement, j'avais d'autres problèmes à régler...le navire nordique, n'ayant plus d'autres possibilités, contre-attaqua...ce navire possédait l'un des rares prototypes de ses armes à feu portatives appelés "canon", un engin exploité par les dwemers, il y a fort longtemps. L'engin cracha son projectile qui vint s'écraser sur le flanc du navire...blessant deux des nôtres...

Je saisis l'un de mes sabres, étant privé de l'usage de mon bras gauche, le levant en l'air en signe de réprimande...désormais les navires étaient cote à cote. Les Nordiques tirèrent plusieurs salves de flèches pour nous accueillir, mettant en déroute la première vague d'attaque...

Je saisis une corde et me balança jusqu'au navire adverse. Tuant tout les marins tentant de me repousser. Ma lame se dirigea soudain vers le capitaine Beorn...lui portait une hache de guerre en acier. Il s'amusait à la faire tournoyait avant de la laisser retomber vers ma direction, mon agilité de félin n'était pas à ignorer dans ce genre de situation. S'Renji arriva bien vite pour me soutenir, il perça la poitrine de l'un des officiers ennemis qui tomba à la renverse plongeant le moral des matelots de la Régence au plus bas. Beorn semblait animé d'une barbarie sans égale, n'hésitant pas à arracher le bois de son propre navire à l'aide de sa puissante arme. Ce même navire qui ne cessait de faire envahir d'un coté par les pirates et de l'autre par les flammes. Lorsque l'équipage fut maîtrisé, le pillage commença. Le capitaine nordique me saisit par la gorge tout en me soulevant.

-Rien n'y personne ne pillera mon navire !

-Tu ne seras plus là pour en être témoin...

Je saisis la poitrine du nordique à l'aide de mes griffes, sentant la chair se déchirer sous celles-ci. Il hurla de douleur, mettant par la suite sa paume la plaie provoquée par mes soins. J'avais alors ramassé mon sabre, le levant en direction des cieux. Il retomba sur le coup du nordique, privant son corps de tête. J'avais alors nettoyé ma lame sur les vêtements du de feu capitaine, avant de me mettre en hauteur et d'annoncer à mon équipage:

-Pas de quartiers, camarades ! Tuez les tous et videz moi ces cales jusqu'au dernier septim !


Après avoir pillé le navire, les pirates le contemplèrent une dernière fois...laissant les flammes le dévorer entièrement avant que celui-ci ne rejoignent les bas-fonds de la Mer Fantôme...

L'Astral se redirigea vers le nord et arriva enfin à proximité de la Folie de Japhet, la fameuse crique pirate, véritable république de ceux-ci, là où tout les hommes et femmes pouvaient vivrent libres, sans prendre en compte les directives de la Régence...une véritable petite île où régnait un climat peu recommandable mais très chaleureux. Les matelots pouvaient se réchauffer à l'intérieur en bonne compagnie tandis que les capitaines pouvaient se raconter leurs récents exploits autour d'une chope.

On y trouvait aussi de grandes salles remplient d'or et d'objets précieux permettant de réapprovisionner l'île en vivres et en ressources.

-Bienvenue à la Folie de Japhet, Kahona ! Première République pirate en Tamriel ! A l'apparence modeste mais regorgeant de richesses ! Un endroit rêvé pour tout les écumeurs des mers, ou...les voleuses.

________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kahona
Chat de Gouttière
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   Dim 12 Jan - 13:32

Le capitaine Khajiit prit la lettre et la lu attentivement. Je ne fis aucune remarque pendant ce temps, attendant juste que ça ce passe. Lorsqu'il eut terminé, il leva les yeux et me demanda :

- Mes camarades ne baisseront pas leurs armes...et je doute que tu puisses y faire la moindre chose...ce sont des pirates, pas des gardes payés par un seigneur trop gras pour se lever de son trône...mais...tu peux avoir la certitude que je te crois jusqu'à maintenant...ta mort ne viendra probablement pas aujourd'hui...mais demain est un autre jour...nous arriverons à la Folie de Japhet dans quelques heures, à l'aube...pendant ce temps...je pense que le mieux à faire est de t'écouter vider ton sac...comment, quand et pourquoi t'es tu retrouvée aux ordres de Stalion ?

Blablabla... C'est fou à quel point entendre des menaces jour après jour peux vous blaser. Au bout d'un moment, vous ne faîtes même plus attention à ce qu'on vous dit, vous vous contentez de lever les yeux au ciel en vous demandant si votre interlocuteur va bientôt cesser son monologue. Enfin bref. De toute manière, dans un moment comme celui-là, je n'avais pas grand chose de mieux à faire que vider mon sac. Et puis qu'est-ce que je risquais ? Même si Stalion apprenait que je l'avait trahi, il ne pourrais pas me retrouver en un claquement de doigt. Je finis par répondre :

- Alors ça mon vieux, c'est une longue histoire...

Je me mis alors à tout lui raconter sur ma petite aventure à BlackCastel. A peine avais-je finis mon histoire que S'Renji entra en trombe dans la salle.

-Capt'aine ! Il y a un navire arborant le pavillon de la Régence à nos trousses, que faisons-nous ?

Je lui lançai un regard haineux tandis que Ri'Azzad lui répondit :

-J'arrive...

Et sortis, suivit de près par S'Renji et les autres pirates. Seul Ji'Taka resta avec moi. Levant un sourcil je lui demandai :

- Et toi ? Tu n'y vas pas ?

Il secoua la tête.

- Tu aurais bien aimé, pas vrai ?

J'hochai les épaules. Bon, qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire en attendant que ce "petit" problème de bateau ennemi soit réglé ? Je laissais mon regard vagabondait dans la salle, j'aperçus alors les sac d'or que j'avais heu... "emprunté" dirons-nous, à Markarth. Je comprenais un peu mieux pourquoi le capitaine pirate ne m'avais pas fait entré dans cette salle plus tôt. Je me souviens m'être demandait si je ne pouvais pas profiter du chaos que répandait le combat sur le pont pour me débarrasser de l'or et accomplir ma mission. Idée que j'ai toute suite laissé tombé pour deux raison : j'étais surveillée et en plus je n'avais aucune envie de me débarrasser des sacs d'or que j'avais eu du mal à récupéré.

- Dis Ji'Taka, tu n'as pas une arme par hasard ?

Il leva un sourcil, l'air interrogateur.

- Je veux juste donner un petit coup de main à ton capitaine.

Pour toute réponse, j'eu droit à un sourire amusé. Il me lança ensuite une dague et sortit, je le suivis sans attendre, Falco sur mes talons. Vous savez, lorsque j'étais petite et que je vivais encore en Eslweyr, ma mère n'arrêtait pas de me dire que ma chambre était un vrai champ de bataille. Et bien je ne suis pas sure qu'elle savait à quoi ressemblait un VRAI champ de bataille, parce que je peux vous dire que sur le pont de l'Astral, c'était vraiment le chaos. A peine étions-nous arrivé avec Ji'Taka qu'un boulet heurta avec fracas la coque du navire, blessant deux pirates.

- Finalement j'vais te rendre ça !

Je rendis sa dague à Ji'Taka, je n'allais pas en avoir besoin. Si j'avais décider de me joindre au combat, je n'aurais surement servis à rien : j'étais une voleuse, pas une combattante. Ceci dit, ça ne voulait pas dire que j'étais totalement inutile. Je fis signa à Falco de se mettre à l'abri, après une seconde d'hésitation, il obéit et je pus me rendre utile en mettant les blessés à l'abri... Bon Ok, c'était peut-être la chose la plus utile à faire mais qu'est-ce que je pouvais faire ?! Les pirates s'en sortaient bien mieux que moi en combat au corps à corps et puis j'allais quand même pas laisser les blessés crever ?! Ji'Taka c'était joint au combat et... oui, il s'en sortait bien. Lorsqu'il n'y eut plus de blessés à évacuer, je descendis dans la cale de l'Astral pour... Non pas pour me planquer, arrêtez de croire que je fais que des trucs lâches ! Il m'arrive d'être courageuse... parfois. En vérité, j'avais repéré des arcs et des flèches. Je saisis donc le premier que je vis, un arc d'ébonite, ainsi que des flèches qui étaient avec. Puis je ressortis en courant de la cale. Par chance, si les pirates avaient commencé à envahir le navire adversaire, les nordiques n'avaient pas eu autant de chance.
Une fois correctement placée sur le pont de l'Astral, je plaçais les flèches sur l'arc et me mis à tirer. Même si il y eu quelques manqué, la plupart de mes flèches atteignirent leurs cibles vivantes. Finalement, lorsque le combat s'acheva j'avais touchée un bon nombre de marins et, sans vraiment être fière de moi, je me disais que maintenant que je n'avais plus la dague de S'Renji, je pouvais m'essayer aux armes à distance.
Nous arrivâmes enfin à l'île pirate. Ce n'était pas trop tôt, voyager sur l'Astral commençait à me donner le mal de mer. Lorsque j'eu rejoins Ri'Azzad, il me lança :

- Bienvenue à la Folie de Japhet, Kahona ! Première République pirate en Tamriel ! A l'apparence modeste mais regorgeant de richesses ! Un endroit rêvé pour tout les écumeurs des mers, ou...les voleuses.

Je souris amusé.

- Si vous le dite.

Falco, vint alors se poser sur l'arc d'ébonite que je portais toujours dans le dos. Je ne savais pas si le capitaine Khajiit allait me demander de le lui rendre ou pas (de toute façon ça reviendrai au même : je partirais avec) mais je me disais que vu que j'avais voulu l'aider à sortir de prison et qu'en prime je lui avais ramener de l'or, et bien, il serait d'accord.

- Bon et bien je pense que nos chemins se séparent ici. Je sais pas que vous en penser cap'taine mais il faudrait remettre ça à l'occasion. Si un jour vous avez besoin de mes services, appelez moi. Je vous assure que cette fois je ne serais pas envoyée par la Main du Roi vu que de toute manière j'vais démissionner, devoir obéir à quelqu'un et servir sa cause, c'est pas fait pour moi.

En dépit du fait qu'il avait faillit me faire tuer et que ce voyage me donnait le mal de mer, c'était vrai que je m'étais plutôt bien amusé. Dès que le bateau accosta, je serrai la main de Ri'Azzad en guise d'au revoir et fit un signe de tête autres pirates, plus particulièrement à Ji'Taka et, ce qui me surpris, à S'Renji. Falco décolla, poussant un grand cri et je descendis de l'Astral.
Honnêtement, je me demandais ce que comptait faire Ri'Azzad maintenant. Moi ? Et bien disons que j'avais une lettre de démission à envoyer.

(Hors RP : Bon et bien je vais m'arrêter ici. Merci pour ce RP ^^ !)

________________________________________

Kahona Chibi:
 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. La vie est un combat, un corps à corps...

Avatar by Snoreway
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Chambellan, la voleuse et le pirate [ PV Kahona et Sifit]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Skyrim RPG :: Rp :: Chatellerie de la Crevasse :: Markarth-
Sauter vers: