Skyrim RPG

Forum fermé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Siigonis, Ecailles-froides

Aller en bas 
AuteurMessage
Siigonis
Membre
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 28/11/2013
Age : 26

MessageSujet: Siigonis, Ecailles-froides   Sam 30 Nov - 14:04

IRL: Un gars de 21 ans qui attend le début de sa formation. Il n'y a rien d'utile à savoir en plus. Ah si, éventuellement mon prénom... François... Bref voilà, vous savez tout de moi. (A votre plus grand dépit, je vous l'accorde.) Pruzah Guur!

Prénom : Siigonis

Nom : /

Surnom : Ecailles froides

Age :26

Race : Argonien

Lieu de Naissance : Umphollo, marais noir.

Orientation psychologique :N'a de loyauté que pour la mère de la nuit, lui-même, et ses éventuels amis.

Orientation de rôle/carrière : assassin.

Signe astrologique ou Pierre Gardienne : Le destrier

Factions, Groupes: confrérie noire.

Description Physique :
Siigonis est un argonien mesurant 1m75. Sa carrure est élancée, permettant des actions rapides, et surtout, lui permettant d'être discret lorsqu'il le souhaite. Son corps est couvert d'écailles d'une couleur se trouvant entre le vert foncé et le brun. Sur le ventre et sous la queue, les écailles sont plus minces et plus claires. Ses yeux sont de couleur ambre. Il porte deux cornes, une de chaque côté du crâne, recourbées vers l'arrière. Entre les deux quelques plumes de couleur mauves et foncées sont présentent. En guise de barbe, de chaque côté de la mâchoire, il porte trois pics osseux. Il a une particularité physique, ses pieds. La plus grande partie des argoniens ont évolués et ont finis par se retrouver avec des pieds semblables à ceux des elfes et des humains. Lui a des pieds semblables à ceux des raptors. Une sorte de retour aux origines de sa race. Malgré l'inconvénient d'être reconnaissable par ce détail, cela lui permet une meilleure prise aussi bien sur les arbres, que sur la roche qu'il peut croiser en dehors des villes. Il porte toujours un capuchon de couleur brune sur la tête, et maintenant celle-ci basse, pour éviter de trop se faire remarquer. Il porte également une cape d'une couleur ou d'une autre selon l'endroit où il va. Mais avant, c'est pour dissimuler sa queue qui est d'une longueur bien supérieure à la moyenne.

Description Mentale :
Etant un chasseur né, il ne désire qu'une chose, trouver un gibier toujours plus dangereux et trouver ses limites. Pour le moment, il n'a rien trouvé de plus grisant que les autres races intelligentes qu'il peut croiser en chaque ville. Et ne laissera pas sa proie, comme il aime les appeler, partir. A moins qu'il ne les tuent, auquel cas, il les recommandent aux divins.
Il enferme ses sentiments au fond de lui, préférant ne montrer aucune faiblesse à qui que se soit. Cependant, si quelqu'un arrive à créer chez lui un cercle d'amis et en faire partis, Siigonis ne laissera jamais tomber cette personne, et pourrait donner sa vie pour lui, ou elle. Bien qu'il ne l'admettra jamais, l'amour a déjà touché son coeur, et il fait tout pour ne pas l'oublier. Dans son quotidien, de nombreux gestes se feront en mémoire de celle qui a sut allumer une flamme en lui.
Son esprit est affûté, et s'en sert en toute circonstance. Et en tout domaine pouvant lui servir. Il réfléchira toujours avant d'agir. Si la solution de ses réflexions se porte sur le meurtre, il fera en sorte que se soit rapide. Il ne voit aucune utilité à la souffrance de chacun. Cependant, si une personne qu'il voit souffrir d'une situation lui demande de l'abréger, il ne demandera pas à ce qu'on lui répète. Et la mort pourrait survenir avant que la personne ne le réalise.

Histoire :
La tradition du marais noir veut qu'un nouveau né attende un certain âge avant de recevoir son prénom. Pourtant, au village de Umphollo, un argonien venait de naître et tous ceux qui l'avaient vu savaient comment il allait se nommer. Siigonis. Soit reptile en langue des dragons. Des pattes de raptor, une queue plus longue que la normale, des yeux de couleur ambre. Il tenait plus du lézard que de l'argonien. Cependant, avec le temps qui passait, il grandissait et se développait comme les autres, physiquement. Dès qu'il sut se tenir debout, il chassait les insectes qu'il voyait et tentait de grimper aux arbres, rochers et autres éléments naturels que les alentours du village lui accordait.

C'est à l'âge de 5 ans que ses parents furent pris de panique. Il s'était échappé, et ne fut retrouvé que deux jours plus tard, à quelques dizaines de mètres de Umphollo, en bonne santé, sous un arbre, un vasard à moitié mangé. Le jeune argonien ne comprenait pas la colère de ses parents à son encontre. Et dans les années qui suivirent, son comportement ne s'améliora pas. Au lieu d'agir comme membre de ce village, et faire son possible pour leur communauté, il partait toujours en vadrouille. Il portait déjà une dague, dont tout le monde ignorait l'existence. Il l'avait trouvée au fond de la rivière Onkobra, passant à côté du village.

Lors qu'il eut 12 ans, il fugua, sans véritable raison, si ce n'est son envie de découvrir de nouvelles proies et de ramener des trophées. Ne laissant qu'un mot à sa famille disant qu'il reviendrait vite. C'est au bout d'un mois qu'il revint. Il portait des peaux de bêtes grossièrement cousues entre elles pour vêtements, et des sacs qu'il avait fait de la même façon, contenant ses divers butins de chasse. Bien qu'heureux de retrouver leur enfant, les parents réprimandèrent sévèrement le fils, et les anciens du village en firent de même. L'effet fût positif d'une certaine façon. Il ne s'absentait plus du village. Cependant, il n'était pas plus inséré dans l'activité du village. Malgré les besoins de tous en soleil pour réchauffer leur sang, Siigonis, qui reçu son nom plus tôt que de coutume, semblait s'en passer. Tout du moins, il faisait en sorte que personne ne voit qu'il en ait besoin, et il tentait sans cesse de repousser ses limites à ce niveau.

Naturellement, pour couronner le tout, les hormones finissent toujours par venir travailler corps et esprits. C'est à 17 ans, qu'il faillit perdre la vie en voulant plaire à une argonienne de son âge. Il partit une nuit, cherche une givrépeire. Pas n'importe laquelle. Celle qu'il savait être la plus grande de la région. La taille de cette araignée dépassait les trois mètres de long. Donc de largeur, les pattes tendues, elle dépassait les cinq mètres. Ce fût la seule et unique fois qu'il n'étudia pas sa proie avant d'attaquer. Tout se passa rapidement. Malgré sa discrétion, il fut surprit. Une toile lui fut projetée dessus, et il ne pouvait plus bouger. L'animal s'approcha et commença à l'enrouler dans un cocon après l'avoir mordu pour le réduire à l'état de bouillie. Par chance, la nature de Siigonis permit de résister au poison. La dague toujours en main, heureusement pour lui, sinon il aurait du attendre que la mort vienne le chercher. Il réussit après un temps semblant infini à couper le cocon l'enserrant, de façon à avoir les mains libres, et de voir autour de lui. Il était en hauteur. Au dessus de la givrépeire. Sa seule chance de sortir vivant? Après quelques réflexions, il devait sauter sur l'araignée pour la faire tomber et servir à amortir sa chute. Il ne restait plus qu'à tenter.

Il libéra ses jambes, et sauta sur ce qui devint sa proie en l'espace d'un instant. Il planta sa dague dans l'un des yeux, et se laissa tomber. La chute fut courte. Quelques mètres. Il s'assura qu'il n'y en avait pas d'autres autour et descendit du cadavre. Il vit qu'il avait deux plaies qui commençaient à cicatriser sur le ventre. Probablement les crochets de la bête. Il comprenait un mieux sa douleur. Il récupéra sa dague, arracha l'un des crocs en guise de trophée, et retourna dans son village.

Il y était attendu par ses parents. Un nouveau blâme l'attendait, vraisemblablement. Bien que cela arriva, il n'entendit rien. Il avait été absent deux jours. Durant ce temps, il avait à peine dormit. Rien mangé et rien but. La tête lui tournait. Il ne savait même pas si le blâme était terminé, qu'il partit dans son lit, et s'y écroula. Il s'y leva après une journée entière, à la nuit tombée. Il eut à peine le temps de prendre un poisson séché pour repas que ses parents profitèrent de son état encore faible pour le traîner il ne savait trop où. Jusqu'à ce qu'il aperçoive le Hist en face de lui. Il comprit que le temps de sa cérémonie était venue.

Il ne comprit pas vraiment ce qui se passa pendant le rituel des anciens. Ils psalmodiaient en une langue inconnue autour de l'arbre. Pendant ce temps, Siigonis fut changer. Des vêtements classiques lui furent mit ainsi qu'une longue cape. Un ancien le regarda et lui demanda d'aller lécher la plaie de l'arbre. Le jeune argonien s'exécuta. A peine était-ce fait, qu'il se mit à voir des paysages enneigés, mais surtout, il entendit une voix lui disant qu'il n'avait rien à faire au marais noir. Qu'il devait aller faire la fierté de son peuple en bordeciel.

Il s'éveilla une fois de plus après une dizaine d'heures de sommeil. Fidèle à la tradition, les membres du village avaient entre temps choisis son surnom. Ecailles froides. Parce qu'après avoir lêché l'Hist, Siigonis serait tombé raide en arrière. La chaleur aurait quitté son corps durant une bonne heure. Seuls les battements visibles du coeur prouvaient qu'il vivait encore.

Après qu'il se soit remit de ses aventures, il prépara un petit sac avec de la nourriture et des lingots de fer, quelques pièces dans une bourse à sa ceinture, aux côté de sa dague et d'une épée donnée par les anciens, enfila une cape, et mit un capuchon sur la tête. Il ne s'éternisa pas dans ses salutations de départ. Il prononça les formules usuelles de bonne santé et de réussite, avant de tourner le dos. Il ne tourna la tête qu'une fois pour regarder en arrière. Il ne voyait qu'une argonienne. Celle pour qui il avait prit le risque de perdre bêtement la vie. Il versa une larme, et réalisa seulement ce qu'il éprouvait réellement pour elle. Il n'avait plus le choix, il devait partir, bien qu'il ne le voulait plus. Il était concentré sur la chasse au point qu'il en avait réussit à occulter tout le reste. Jusqu'à présent. Il se promit de revenir aussi vite que possible afin de la demander en mariage, si elle était toujours la même et pas déjà liée à un autre. En attendant, sa vie allait être rude. Mais comme il l'avait toujours rêvée. Une chasse en continue.

Pendant son voyage qui le mena jusque dans les terres gelées de bordeciel, Siigonis du apprendre à manier les armes, pour se défendre contre les bandits croisés en chemin. Il du également apprendre en autodidacte la forge. Une dague brisée, une épée émoussée, des vêtements et armures déchirés, ce n'était pas utile. Il apprit donc à forger fer et acier, ainsi qu'à travailler le cuir pour en faire des armures. Il créa également deux armes qui pourraient lui donner un grand avantage sur ses adversaires. Deux griffes rétractables, placées sur son poignet droit, sous son brassard de cuir. Elles ne se voyait presque pas. Après tout, c'est quand l'adversaire nous pensait à sa merci qu'il laissait le plus de failles dans ses défenses, et donc qu'il était vulnérable. Sa seconde arme est en réalité une armure. Il fabriqua des plaques de cuir qu'il fit bouillir pour les durcir en une certaines formes, les lia entre les avant de les percer de clous. Il plaça cette ébauche d'armure sur sa queue, et constata son utilité rapidement. Que ce soit un étranglement et saignement à la fois, ou simplement fauchage de jambes, rares étaient ceux qui ne portaient pas de marques.

Comme tout être normalement constitué, Siigonis avait besoin de repos de temps à autre. Il monta donc un camp de fortune dans un coin isolé, et s'éloigna le temps de chasser de quoi manger. Le corps d'un loup en travers des épaules, Il revint pour constater que quelqu'un était passé, et avait saccagé le peu qui avait été fait. Naturellement, en cherchant bien, il lui manqua l'or qu'il avait réussit à acquérir, ainsi que les quelques potions qu'il avait acheté pour le besoin. Ne prenant pas le temps de s'arrêter, il repartit en chasse d'un gibier supposément plus intelligent que les précédents. Mais bien moins apte à la discrétion... Ce fut facilement que la proie fût retrouvée, bien que quelques heures furent nécessaires pour la rattraper. C'était un nordique, qui n'était visiblement pas dans le besoin. Il avait élu domicile dans une ancienne mine dans laquelle il avait posé quelques pièges. Sa vie semblait agréable malgré sa paranoïa. Cependant, l'argonien n'avait pas l'intention de récupérer ce qui lui avait été prit et de partir.

Après tout, que serait un chasseur s'il ne tuait pas ses proies? Siigonis avançait prudemment et lentement dans ces lieux inhospitaliers. Et trouva sa cible dans une coin, ivre sur un tas de paille, à moitié endormie. Il le regarda durant de longues minutes, réalisant que ce pauvre voleur était ce qui avait été de plus grisant à chasser depuis quelques années maintenant. Et ne serait-ce que pour ça, il allait lui donner une mort rapide, et presque indolore. Au moment de sortir sa dague, pour trancher la gorge du pauvre voleur, il se rappela de son invention. Il allait pouvoir la tester en toute tranquillité. Après avoir serrer rapidement son point, il constata que les deux griffes métalliques sortaient de leur cache, sous le brassard. En desserrant le poing, les lames retournaient à leur étui. Visiblement, les lames étaient opérationnelles.

Sans prendre plus de temps à admirer sa création, il l'activa à nouveau, et planta les lames dans le coeur de sa victime. Ecailles-froides déplaça le corps un peu plus loin, afin de prendre sa place dans le tas de paille. Autant se reposer dans un endroit qui était déjà prêt plutôt que de partir quérir un lieu convenable en pleine nature. Lorsqu'il se réveilla, il n'était pas seul. Une personne était dans l'ombre non loin, et lui expliqua la raison de sa venue.

Il aurait tué une personne dont le meurtre revenait à la confrérie noire. Le choix qu'il avait était simple. Mourir, pour donner sa vie en compensation, ou mettre sa vie au service de la confrérie noire. Tout le monde répondait probablement de la même façon. Rejoindre pour ne pas mourir. Siigonis ne le vit pas de cet oeil. Il allait rejoindre cette confrérie. Mais pas pour être épargné. Il allait le faire car cela lui permettrait de retrouver ce plaisir grisant de chasse à l'homme. Les contrats, il l'espérait, lui ferait découvrir la totalité de bordeciel, et serait en mesure de trouver de quoi forger cet anneau pour son retour au marais. S'il y retournait un jour.

Les espoirs de l'argonien ne furent pas déçus. Il put en effet accomplir des contrats dans l'intégralité de ces régions nordiques, mais également, hors contrat, il était libre de ses mouvements. Il ne comprenait pas le véritable sens de tout ce qu'il avait put entendre sur la main noire, la mère de la nuit et Sithis. Cet apprentissage viendrait avec le temps, ainsi que des proies plus délectables encore.
Revenir en haut Aller en bas
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Siigonis, Ecailles-froides   Sam 30 Nov - 14:34

Belle fiche ! Je valide, content de voir un nouvel Assassin de la Confrérie sur le forum =D
N'hésites pas si tu as des questions ou autres, tu es libre de rp désormais Wink

PS: N'oublies pas de te trouver un avatar Wink


________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Edvard Stalion
Main du Roi / Co-Fondateur
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 28/07/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Siigonis, Ecailles-froides   Sam 30 Nov - 15:27

Bienvenue sur le fow.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Siigonis, Ecailles-froides   

Revenir en haut Aller en bas
 
Siigonis, Ecailles-froides
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Skyrim RPG :: Avant Tout ... :: Présentation-
Sauter vers: