Skyrim RPG

Forum fermé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fin d'une vie, commencement d'une autre [Rp Flash-Back]

Aller en bas 
AuteurMessage
N.A.
Capitaine de l'Astral / Fondateur
avatar

Messages : 429
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Fin d'une vie, commencement d'une autre [Rp Flash-Back]   Lun 18 Nov - 17:23

RP Flash back

5 ans plus tôt.

Place Publique, Torval, capitale d'Elsweyr.

Le soleil illuminait le paysage aride des régions de Torval, capitale de la nation d'Elsweyr. Il y a maintenant une semaine qu'un traité entre l'Alliance et le Thalmor avait été créer afin de stopper toute hostilité entre les deux grandes puissances. Les conditions furent simple, le retrait de toute les troupes du Domaine Aldmeri sur le territoire de l'Alliance contre un accord commercial et militaire entre les deux camps, avec aussi, l'île de Solstheim rendue aux nordiques de Bordeciel, tout en cessant toutes activités d'esclavage envers le peuple skaal. Mais en échange, le Thalmor avait tenu à récupérer Elsweyr et ses territoires en Cyrodiil. L'Alliance accepta les conditions et la guerre se termina laissant derrière elle, le chaos total, des villes incendiées, des morts à pertes de vues...la guerre ne changera jamais de visage...

Elsweyr destitua l'ordre des Lunes fondée par son créateur, Ri'Azzad appelé Mathias d'Elswyer, haut-ambassadeur d'Elsweyr. Cette ordre ayant pour but de chasser les Thalmors des territoires Khajiits et au delà...étant à l'origine une faction lors de la grande révolution au début de la création de l'Alliance des Neufs Divins.

Par la même occasion, le Thalmor envoya un gouverneur à Torval, Taren Fideïl, fils de Eroë Fideïl qui a autrefois combattu en Bordeciel, les troupes de l'Alliance.

Taren créa une police politique destinée à traquer et tuer tout les représentants d'Elsweyr pour ainsi assurer une politique entièrement dirigé par le Domaine Aldmeri. Mathias (Ri'Azzad) fut l'une des cibles de cette unité d'élite, mais il réussit à se faire passer pour un marchand et quitter la capitale pour s'isoler dans le désert, le temps de se faire oublier, sa tête mise à prix pour haute trahison envers Elsweyr et le Domaine, il fut obligé de changer d'identité.

Aujourd'hui, Mathias de son vrai nom Ri'Azzad, s'était rendu une dernière fois à Torval, il fut choqué de la scène dont il était témoin...les soldats du Thalmors cadrillaient toute la ville, régnant là avec une autorité pire que totalitaire. Les Khajiits n'ayant pas de moyens pouvant intéresser le Domaine furent réduit à l'état d'esclaves travaillant sans relâche pour réparer la destruction que la guerre avait causée.


De nombreux aristocrates Khajiits reçurent quand à eux, une forte compasation en échange de leur participation au sein du Domaine, devenant de haut-dignitaires Thalmors. Ces mêmes bourgeois étaient, à ce moment même, réunis devant un échaffaud, sur celui-ci se trouvait un bourreau dont le visage était masqué par un simple morceau de tissu noir avec à ses pieds un Khajiit assez agé à genou, la tête contre une pierre.

Ri'Azzad n'eu aucun mal à la reconnaître, le Mane d'Elsweyr en personne, la foule hurlait de joie en voyant le dernier espoir d'une Elsweyr libre dans une telle position. Ils avaient été aveuglées par la richesse du Domaine Aldmeri...

Ri'Azzad se fraya un chemin à travers la foule pour se rapprocher du captif...son coeur battait...le Mane était comme un père pour lui, aujourd'hui, il allait perdre la dernière personne qui lui restait...

Le bourreau souleva sa lourde arme au dessus de la tête du dirigeant ou du moins de l'ancien dirigeant d'Elsweyr et la laissa tomber sur celui-ci...une giclée de sang coulant à flot sur l'estrade s'échappa après l'action. La tête du vieux Khajiit roula jusqu'à la foule qui lui crachaient dessus.

Ri'Azzad sortit son épée et tua, sans prendre contience de son acte, les personnes osant profaner le cadavre du Mane. Il les tuaient sentant leur chaleur contre la sienne, sentant leur sang sur ses vêtements mais rapidement, la garde arriva, constituée en majorité de Hauts-Elfes...

Ri'Azzad tenta de les contrer mais sa lame faîtes d'or, qui lui avait d'ailleurs été confié par le de feu Mane, fut brisé d'une facilité plus qu'étrange...

Désarmé, le Khajiit cessa toute hostilité et se laissa capturer ne démontrant plus aucun signe de résistance...sa vie était condamnée...

On lui banda les yeux et il fut transporté en chariot étant donné les bruits des sabots sur le sable fin d'Elsweyr...

Il se réveilla dans un fort sur les rives de la mer de Topal au sud d'Elsweyr. Il passa quelques semaines dans celui-ci le temps d'organiser son exécution..

Ri'Azzad su se contenter lors de son séjour de pain moisi et d'eau infecte, sans même posséder de latrines dans sa cellulle. Le Fort était connu pour sa vieillesse construit lors de l'occupation de l'Empire. Il fut maintenu en état pour servir de pénitencier...quelle ironie, l'ambassadeur qui finit en prison...

La mort de ses citoyens, presques innocents, rongea au départ l'esprit du Khajiit...il avait ressenti une telle rage, voir ainsi ceux qu'il avait défendu, tourner le dos à toute son oeuvre...une oeuvre de liberté, d'égalité et de paix en Tamriel...

Deux jours plus tard...

Ce n'était pas la voix désagréable du gardien qui réveilla le Khajiit captif mais une détonation assourdissante...Le félin leva lentement la tête regardant les nouveaux arrivants, deux Khajiits dont on ne voyait que le museau à cause de l'épaisse capuche qu'ils portaient.

-Un fantôme du passé...cela faisait bien longtemps...mon seigneur, dit J'Simba en ôtant sa capuche.

-J'Simba ? Par les lunes, je pensais qu'ils t'avaient tuer, et plus de "mon seigneur"...je ne suis plus...rien.

L'ancien garde du corps et "lieutenant" de l'ex-ambassadeur sortit un trousseau de clé, qu'il avait du "emprunter" au geolier et ouvrit la porte dégainant alors sa lame en direction de la gorge de Ri'Azzad:

-Mon nom est Do'Simba, je ne suis plus le novice d'autrefois, je suis un guerrier...

-Ah, je n'en doute pas...lâcha ironiquement Ri'Azzad.

-Tsss...bon, on devrait se dêpécher, les Thalmors ne font pas tarder à se rendre compte de notre intrusion, c'est maintenant ou jamais...

-L'odeur d'urine et l'ambiance morne de cette cellule m'insupporte trop pour que je puisse tarder davantage...

-Monsieur l'Ambassadeur ne supporte pas les odeurs désagréables, lâcha le second avec un rictus sur les lèvres tout en ricannant...

-Je m'en souviendrais...camarade. rétorqua Ri'Azzad d'un ton plus fourbe.

Le troisième Khajiit demeurait silencieux et en état d'alerte, surveillant les moindres recoins, les oreilles grandes ouvertes pistant le moindre sons. Ri'Azzad ne préférait pas le perturber dans sa concentration et se contenta de suivre son ancien lieutenant. Une fois à l'extérieur, Ri'Azzad tomba à genou, prenant deux poignets de sables...

-Liberté...par les Lunes que c'est bon de te retrouver...

-On doit quitter Elsweyr...ils vont surement envoyer des renforts...le seul problème est que je ne sais pas où aller...

Ri'Azzad se releva difficilement prenant un air absent l'espace de quelques secondes avant d'esquisser un large sourire:

-Tu te souviens où nous étions affecter pendant la Guerre ? En Bordeciel, je pense que ces terres nordiques devront encore être honorer de notre présence, sauf que là...je pense que les rôles seront différents...nous ne sommes plus rien...ni ambassadeur, ni soldat, ni même noble...de plus, le Thalmor nous retrouvera bien avant d'avoir atteint la frontière cyrodilienne....

-Tu sembles oublier ça...dit Do'Simba poitant l'horizon du doigt...


Le fugitif n’arrivait plus à détacher son regard de l'Astral. Le mythique navire trônait au bout d’un long quai, depuis peu prêt à appareiller.

-Serais-ce, mon...

-Ton navire, capitaine, l'Astral de nouveau aux mains de son propriétaire légitime...

Les trois Khajiits se mirent à rire et descendirent la pente désertique jusqu'au quai. Ri'Azzad, remarquant sa tenue constituée d'une simple tunique en toile fut assez gêné de se présenter à son futur équipage de la sorte.

-Aufaite, tu ne serais pas où trouver de quoi me changer..c'est juste que...

-Il y a tout ce qu'il te faut dans la cabine du capitaine, même si la compagnie maritime du Domaine Aldmeri a saisit la majorité de tes biens, j'ai remarqué qu'ils avaient oublier deux trois bricoles...

Ri'Azzad salua d'un geste de la main les marins et pénétra dans sa cabine...elle n'avait plus rien de comparable à autrefois, celle-ci était par le passé orné de multiples trésors venant des quatres coins de Tamriel, un bureau en chêne tronait au centre de celle-ci accompagné de sièges en cuir...un navire digne d'un Empereur qui ne ressemble plus qu'à un rafiot de pêcheur...

Le capitaine trouva son bonheur dans l'une des nombreuses commodes emplies de toiles d'araignées, une simple armure constitué de cuir accompagné de bottes de la même matière.


-La soie impériale ne te manque pas trop j'espère, le sarcasme avait été prononcé par Do'Simba qui semblait beaucoup moins réservé qu'autrefois, parlant avec franchise devant son supérieur.

-La soie ne m'a jamais plus et tu le sais, j'ai toujours préfèrer les armures prestigieuses aux tenues d'apparâts contrairement à toi...rétorqua Ri'Azzad au tac-au-tac.

Do'Simba éclata de rire et s'empressa de répondre:

-Nos vies semblent avoir bien changés...

-Alors tâchons de faire ce que l'on a jamais pu faire dans la précédente, il est temps de vivre pour nous...et non plus pour les autres, vieux frère...la vie nous appartient désormais !

Avant de sortir et rejoindre son second, Ri'Azzad plongea ses mains dans une bassine d'eau et débarbouilla son visage, décrassant son pelage négligé depuis plusieurs semaines. Il grimpa ensuite au niveau de la barre et se racla la gorge avant d'annoncer d'une voix plus autoritaire que jamais:

-Hey, camarades ! Je suis le capitaine Ri'Azzad, mais capitaine me suffit, nous ne sommes pas à l'armée après tout ! les moussaillons éclatèrent de rire ce qui étonna l'orateur, l'éloquence ne semblait pas l'avoir quitté. Certains d'entre vous m'ont autrefois connu, d'autres vont me découvrir, sachez juste, qu'à partir de maintenant, nous allons prendre part à une aventure...à nous la boisson, l'or et...les femmes ! Le Domaine Aldmeri et l'Alliance semble nous avoir imposer leurs conditions, le Thalmor une fois de plus est régisseur de nos terres et opprime notre peuple pendant ce temps, les autres peuples de l'Alliance profitent de cette paix récente ne prenant pas en compte les conséquences de leurs décisions ! Je croyais que l'Alliance se battrait jusqu'au bout...aujourd'hui, nous ne sommes plus dépendant, c'est nous qui nous battons pour notre propre compte ! Assez d'obligations ! Profitons des richesses dont ce monde regorge ! Vengeons nous des traîtres de l'Alliance et des oppresseurs du Domaine ! Ni dieux, ni maîtres, mes amis ! Nous et nous seuls peu importe ce qui l'en coûte ! Longue vie à l'Astral !

Les futurs pirates acclamèrent leur capitaine, l'un des rares moments de joie qui fit oublier à Ri'Azzad toute la souffrance...que son peuple et lui connaissent...

Il prit la barre et donna l'ordre d'hisser les voiles en très mauvaise état du navire, il observa à nouveau l'Astral dans sa globalité tout en manoeuvrant le navire.

L'Astral tirait avant tout sa force de son excellent rapport résistance/vitesse. Le navire était certainement l'un des plus rapides de la flotte d'Elsweyr, et il était d’une robustesse étonnante pour un navire de sa catégorie. Tout provenait de sa structure . D’abord, à l’avant, un éperon destiné à fendre en deux n’importe quel navire, était fait de manière à ressembler à un félin dégainant ses griffes. Ensuite, depuis la proue et la base de l’éperon jusqu’à la poupe, deux gigantesque ailes de métal étaient repliés sur les flancs du navire, partie immergée comprise. Cette barrière de métal protégeait le navire des attaques rudes, mais permettait en plus d’augmenter la vitesse du navire grâce à la partie immergée, qui offrait une surface plus lisse. Et le matériau léger qui constituait ces deux ailes leur conférait un potentiel de torsion et de tension assez élevé. Cette constitution conférait au bateau solidité, agilité et rapidité. Il pouvait même se permettre de posséder des rameurs, qui pouvaient s’installer derrière les flancs du navire pour faire avancer le navire à la force des rames. Et c’était l’une des forces de l'Astral.


En effet, l’espace avait été optimisé au maximum. Ainsi, les rameurs étaient situés, sur le pont, juste en dessous des six balistes réparties sur les flancs du navire.

Un navire qui n'attendait plus qu'une chose...voguer sur les mers de Bordeciel...

________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
 
Fin d'une vie, commencement d'une autre [Rp Flash-Back]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Skyrim RPG :: Rp :: Lieux hors de Bordeciel :: Mers et océans-
Sauter vers: