Skyrim RPG

Forum fermé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chasse-la-Nuit
Cannibale
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/09/2012
Age : 28
Localisation : Pour ton bien comme pour le mien, mieux vaut que tu n'en saches rien...

MessageSujet: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Jeu 6 Sep - 21:54

    Et moi qui pensait que l'on ne viendrait pas me chercher au cimetière...

    Tenant fébrilement sa chope, il en but une gorgée, espérant puiser un peu de force dans le feu qui descendait le long de sa gorge. La viande qui lui avait été servi l'avait à peine nourri lui semblait-il, malgré qu'elle lui ait couté ses derniers septims... Il se surprit à lorgner avec avidité le ventre de l'aubergiste, songeant à la peau tendre que lui dissimulait le tissus, elle-même protégeant chair et viscères de son appétit. Mais quelle piètre défense face à ses crocs et sa faim dévorante !?

    Reprends-toi vite avant de te retrouver le nez couvert de sang et les gardes aux fesses, trop fatigué pour ne serait-ce qu'atteindre les portes.

    Aussi préféra-t-il reporter son attention sur son reflet, au fond de son verre, lisant ainsi dans ses propres yeux l'épuisement. Que sa nuit qui s'annonçait pourtant calme en tant qu'hôte des défunts ait tourné à une nuit blanche ne manquait encore de le surprendre. Du moins avait-il enfin compris le problème de Faillaise : les voleurs ! Et bien installés, au vu du passage secret qu'il avait découvert, bien malgré lui, dans le cimetière.

    Dormir un peu, c'est tout ce que je demandais...

    Ayant dépensé ses seuls septims pour son repas le laissait sans le sous pour payer une chambre et... Toujours aussi affamé. Sans la moindre idée pour améliorer les choses, sauf peut-être le meurtre du vil aubergiste dont les poches tintaient du doux son des septims...

    Car oui tu es vil aubergiste. Vil de ne pas m'offrir une chambre pour compensé cette viande décevante... Tu le payerais bien de celle que tu m'agites sous le nez, non … ?

    Il hésita un instant, les yeux à nouveau braquer sur sa victime désignée qui ne se doutait de rien. Moins de deux mètres les séparaient, un simple bond suffirait à l'atteindre pour pouvoir enfin...

    Trouves-toi vite une distraction ou sors de cette auberge, pour ton propre bien.

    Aussi se contenta-t-il de d'observer les lieux,les habitués, l'unique serveur, les mercenaires en attente d'un travail et... Une barde. Le son qui parvenait à ses oreilles et auquel il n'avait jusque là nullement prêté attention lui semblait de bonne qualité, aussi se décida-t-il à héler la barder et à, sur une impulsion subite, lui demander :

    - Barde ! Une chanson sur le Marais Noir !

________________________________________

    "Le premier aventurier venu, si le manque de vivres se fait sentir, chassera le cerf ou le lapin. J'en ferais de même, à moins que je ne croise les traces d'un groupe de bandits. Ce gibier en vaut bien un autre."
    ~ Chasse-la-Nuit


Dernière édition par Chasse-la-Nuit le Dim 16 Sep - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mitsue Aiko
Donneuse De Voix
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 20
Localisation : Là où je peux aider les gens

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Ven 7 Sep - 23:25

L'argonien m'avait demandé
une chanson a lui chanter
je commença a réfléchir,
ne savant quoi lui offrir
Quand j'eu enfin trouvé ce que je pus dire
Au bout d'un moment a m'être tarir


-Bordeciel n'a rien a envier aux marais
Terre fertile, là ou les argoniens sont nés
S'étant très vite a la nature habitués
Une résistance aux poisons développés
Attention cependant à ne pas écouter
Les gens et leurs diverses folies de préjugés
tout monstre de ce marais n'est pas une horreur
des argoniens il ne faut pas avoir peur...

________________________________________

être barde n'est pas toujours facile
car les bars sont remplis d'êtres
par forcément toujours docile
qui voudront votre tête.

A vos risques et périls:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chasse-la-Nuit
Cannibale
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/09/2012
Age : 28
Localisation : Pour ton bien comme pour le mien, mieux vaut que tu n'en saches rien...

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Sam 8 Sep - 9:03

    La voix de la barde était agréable, ses mains agiles pinçaient ou effleuraient doucement les cordes de son luth. Les notes de musiques l'apaisant, ses paupières s’abaissèrent à demi, un demi-sourire se glissa sur son visage.

    De l'improvisation ?

    La chanson lui était inconnue, et il ne reconnaissait pas son Marais Noir natal. La barde n'avait sans doute jamais foulé du pied les "terres" qu'elle décrivait... Mais Chasse-la-Nuit n'aurait pu lui en vouloir. Qu'est-ce qu'une artiste irait faire dans le Marais ? Point d'auberge où louer une chambre, où chanter le soir devant un public. Quelles splendeurs pourrait-elle décrire? Certainement pas celle de la boue, de la faune et de la flore souvent mortelle à qui ne possédait pas une fiole d'antidote ou des maladies qui frappait si souvent les non-argoniens. Cyrodiil était bien plus attrayante, à n'en pas douter.

    Il sentit le poids des années passées loin du Marais Noir lui peser, comme si l'on venait de déposer sur ses épaules quelque vêtement lourd imbibé de pluie... Ou de boue.

    ~ Flash-Back ~

    L'Argonie est une terre de boue. Les îlots de terre stable, nécessaire à l'installation d'un village, sont en constant mouvement, souvent dissimulés par un brouillard à couper au couteau où par les pluies abondantes. Comme seul moyen de transport, les radeaux... Ou ses capacités propres, mais à ses risques et périls. L'eau boueuse est traître, et peut cacher la proie comme le prédateur.
    L'argonien sait cela, et poursuit pourtant son exploration. Grâce à un sens de l'orientation étrange, il parvenait toujours à retourner auprès des siens, tout en évitant la majorité des dangers que recèle l'eau trouble... Dans le pire des cas, il avait sa dague et ses crocs.
    Une ombre devant lui l'effraya un instant, avant de se révéler n'être qu'un poisson de la taille de son bras qui fit brusquement volte-face. L'argonien donna un vigoureux coup de queue pour tenter de le rattraper, mais se fit vite distancer. Dépité, il remonta à l'air libre. Aucun îlot en vue, le brouillard voilant le paysage. Pourtant... Il cligna des yeux, surpris, croyant que sa vision lui jouait des tours. Une lueur rouge se distinguait pourtant du gris. Un point de repère, là où il n'y en avait jamais. La distance le séparant de la lueur fut vite parcourue, le brouillard laissant bientôt place à un îlot sur lequel il crut apercevoir une silhouette humanoïde. La crainte le faisant ralentir, il approcha en demeurant juste sous la surface de l'eau.

    Une mage ! réalisa-t-il, abasourdi.

    Se tenant debout, la mage - bretonne, impériale ? L'argonien ne parvint pas à déterminer sa race - tenait une boule de feu dans sa main. Son regard à moitié fou scrutait le brouillard. Elle se tourna brusquement vers là où se dissimulait l'argonien, et s'écria d'une voix que faisait trembler la peur :

    - Il y a quelqu'un !?

    N'obtenant pas de réponse, elle lanca sa boule de feu. L'argonien n'eut qu'un instant pour s'éloigner tant qu'il put avant de sentir une brusque sensation de chaleur alors que l'eau grésillait. La mage, tremblante, tomba à genoux avant de gémir :

    - Par pitié...

    L'argonien préféra sortir doucement de l'eau, les deux mains bien en évidence. Un mage effrayé était dangereux, parait-il. S'approchant, il put mieux discerner le visage de la mage, dont la pâleur lui sauta aux yeux, ainsi que la demi-douzaine de corps qui l'entourait. La mage lui sauta dessus.

    - Aide-moi !

    Ayant cru sa dernière heure venue, il en fut pour ses frais alors que l'humaine enlaçait ses jambes en lui jetant un regard désespéré.

    - Dit-moi que tu en as une, hein ! J'ai essayé de les sauver, les autres... Mais ils sont quand même morts. Et j-je n'ai plus assez de magie pour moi. Dit-moi que tu as un antidote, hein ? Tu vas m'aider ?

    Poison.

    Cette information simplifia la situation pour l'argonien. Étant donné qu'il ne possédait pas d'antidote - il n'en avait pas besoin -, que la mage ne pouvait pas se soigner et qu'il ne pouvait pas la transporter dans un délais bref auprès des siens... Elle était condamnée. Il se baissa de manière à se retrouver au même niveau qu'elle.

    - Je ne peux pas te soigner.

    Les yeux de la mage s'écarquillèrent. Elle secoua la tête, refusant cette idée, les larmes coulant le long de son visage.

    - Non, non ! Tu vas... Tu vas trouver quelque chose, une plante, n'importe quoi. Je ne vais pas mourir, pas perdu ici non...

    L'argonien ne connaissait que les plantes pour les blessures. Le remède auquel il pensait était beaucoup plus simple. Il saisit la tête de la condamnée et, tentant de capter le regard de cette dernière, il dit :

    - Choisit, mourir dans la douleur dans plusieurs heures, ou là, rapidement.

    Elle tremblait entre ses mains, acceptant enfin de le regarder dans les yeux. Un moment passa où seuls ses sanglots perturbèrent le silence, jusqu'à ce qu'elle dise, enfin :

    - Fais-le vite...

    D'un mouvement rapide, il lui enfonça sa dague dans la poitrine. Elle hoqueta, ses yeux fixant un point derrière lui, avant que son corps ne devienne flasque entre ses bras. Il la déposa au sol, lui fermant les paupières, puis entreprit de lui faire les poches, ainsi que celles des autres cadavres, à la recherche de tout ce qui résisterait à l'eau boueuse et qu'il pourrait transporter.
    Sachant qu'il aurait besoin de force pour le trajet du retour, il dénuda le bras de la mage et commença à manger. C'était une habitude qu'il avait pris, ses recherches l'éloignant souvent à plusieurs jours de "route" du village. Il se nourrissait d'animaux, de plantes, et des corps qu'il trouvait, même si ceux-ci étaient plutôt rares. Tout au délice du goût de la chair, il n'entendit pas le bruit des éclaboussures, et fut totalement pris par surprise quand on le saisit par le cou avant de l'envoyer bouler, plusieurs mètres plus loin. Hoquetant, il se redressa pour dévisager le nouveau venu, un argonien plus âgé que lui, et d'une carrure beaucoup plus imposante. Bref, un adversaire contre lequel il ne faisait pas le poids.

    Mon butin...

    L'étranger lui jeta un regard peu amène avant d'évaluer l'aubaine, l'ignorant déjà. Le jeune s’apprêtait à rebrousser chemin, éprouvant un dernier regret pour ce qu'il laissait là, quand la voix de l'autre l'interpella. Il se retourna. L'argonien tenait dans sa main le bras de la mage que le jeune avait attaqué.

    - C'est de toi ça ?

    Il ne répondit pas, une peur subite l'ayant pris à la gorge. L'autre continua, sa voix désormais semblable à un grondement.

    - C'est de toi ça ?!

    Le jeune se mit à reculer.

    - Vermine !

    L'étranger s'élança vers lui, une dague étant subitement apparu dans sa main, le clouant sur place. Le regard furieux lui fit comme une claque.

    Il veut me tuer !

    La dague visait sa gorge, il l'esquiva avant de se jeter dans l'eau, s'enfonçant dans ses profondeurs. Il nagea aussi vite qu'il pouvait, le cœur battant, la peur au ventre que l'autre ne le rattrape.

    ~ Fin du Flash-Back ~


    S'ébrouant pour sortir de ce mauvais souvenir, Chasse-la-Nuit la nuit revint à la barde et à sa musique. Qu'est-ce qui lui prenait ? Était-ce la barde dont les origines lui rappelait celle de la mage ? La chanson ? La boisson ?

    Ou les trois à la fois ?

________________________________________

    "Le premier aventurier venu, si le manque de vivres se fait sentir, chassera le cerf ou le lapin. J'en ferais de même, à moins que je ne croise les traces d'un groupe de bandits. Ce gibier en vaut bien un autre."
    ~ Chasse-la-Nuit


Dernière édition par Chasse-la-Nuit le Dim 16 Sep - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Suitul
L'Assassin des Neiges
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Sanctuaire de la confrérie noire, Aubétoile

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Dim 9 Sep - 18:29

Je sortait enfin du grand manoir, cette Roncenoir est insupportable, pourquoi je ne l'ai pas tuée, déjà ? Ah oui, pour qu'elle me paye...Un contrat plus qu'énervant d'ailleurs.

Flash Back

Et aller, encore une mission.Cette femme ne se donne même pas la peine de respecter la tradition du Sacrement Noir. En arrivant, l’accueil fut déjà plus glacial encore que les blizzards de ma contrée. Un garde qui se croyait malin a essayer de me faire payer l'entrée, je suis plus pauvre que pauvre, maintenant. A présent je dois trouver le manoir Roncenoir...Pas dur, c'est le plus grand, même le palais du jarl parait moins beau.

"Bien le bonjour, j'ai rendez-vous..."

Je me fis quasiment arrêté en disant ça, je n'ai plus qu'une solution, entrer par effraction. Je fouillais les environs, découvrant une simple grille a l'arrière du bâtiments, je l'examinais et un petit mécanisme m'attiras immanquablement le regard : La porte était piégée.
Deux choix s'offrent a moi, essayer de couper le piège, au risque de le déclencher, où chercher une autre entrée...Allons qu'est ce qui pourrais m'arriver, Boéthia veille sur moi ! je commençais a triturer le mécanisme, analysant ce dernier de mon regard expert, j’enfonçais doucement un crochet pour coincer le déclencheur, puis je m'attelais a couper le reste du mécanisme, ce fut plus rapide que prévu et la porte céda encore plus simplement. j'entrais tranquillement dans la maison, personne, a part un petit bruit occasionnel a l'étage, j’avançais avec discrétion, et d'un geste lent j’entre-ouvrait la porte, je vis ladite Roncenoir, écrivant sur un parchemin, seule. J'entrais sans me faire plus attendre, mais bizarrement, lorsque que j'ouvrait de nouveau les yeux, j'étais sur une chaise, ligoté...

"Enfin réveillé. Il était temps."

Je regardais mademoiselle Roncenoir me toiser entourée de géant en armure j'eu l'impression, pourtant lorsque que l'un d'entre eux me hurla de parler, je compris que ce n'était que des humains de deux mètres avec des marteau de combat. Je suis pas dans la mouise.

"Alors qui est-tu ?

-Vous nous avez contacté que je sache...

-Très bien, vous autres retourner faire votre travail, j'ai a parler au prisonnier. Tous s’exécutèrent sans discuter Je vais pouvoir vous confier votre mission, mais j'ai tout de même des doute sur vos capacités...

-La porte piégée était un jeu d'enfant, mais nous faisons tous des erreurs...

-N'en commettez plus aucune, sinon le contrat seras rompu..."

Fin du Flash-Back


{Ouaip, pas commode, la Roncenoir...}

Je décidais d'aller fêter mon contrat à la taverne, et quelle ambiance, a peine entrée je sentis le malaise général.

{Mauvaise nouvelle ? La bière est mauvaise ? Musique ennuyeuse ?}

D'un coups, j'entendis finalement la musique, une voix magnifique mais les paroles était assez discutables, le Marais Noir, aucun nordique ne s'intéressais a cet endroit, a part les érudit et les Argoniens...Je me surpris a héler la barde :

"Barde, joue nous quelque chose de plus gai, le Marais Noir n’intéresse personne !"

Pourtant, a un moment mon regard se posa sur un Argonien qui semblait mal prendre ma demande...
Revenir en haut Aller en bas
Chasse-la-Nuit
Cannibale
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/09/2012
Age : 28
Localisation : Pour ton bien comme pour le mien, mieux vaut que tu n'en saches rien...

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Mar 11 Sep - 17:14

    C'est en écoutant la barde qu'il s'était rendu compte à quel point la musique était un élément qui lui avait manqué dans son errance. Le chant matinal des oiseaux, les croassements nocturnes des batraciens et les aboiements des chiens ne pouvaient remplacer le plaisir qu'il ressentait en écoutant les accords complexes du luths qui s'enchainaient sans que la jeune femme qui le maniait n'hésite un instant. Il aurait souhaité pouvoir lui-même jouer de l'instrument mais, même s'il parvenait par le plus grand des hasards à s'en procurer un, sitôt qu'il l'aurait eu entre les mains...

    Le briserais-je sur le crâne du premier garde hostile venu ? s'interrogea-t-il, moqueur. Sans la moindre hésitation.

    Les notes le berçaient, aussi se sentit-il bientôt somnolent, oscillant au dessus de son verre aux deux tiers vides. Qu'il s'endorme ainsi ne le tracassait pas, bien qu'il songe qu'il le devrait car l'aubergiste n'apprécierait sans doute pas.

    Je n'en ai rien à fiche...

    Ses paupières commencèrent à s'abaisser, il se sentit partir peu à peu, s'enfoncer dans une obscurité douce et attirante, ses pensées s'étirant et occupant tout... Plus de souvenirs, plus de faim... Juste la mélodie... Et le sommeil...

    Ta musique me plaît, barde...Te le dire... A mon réveil...

    - Barde, joue nous quelque chose de plus gai, le Marais Noir n’intéresse personne !

    Et soudain plus de musique. Comme une de ces bulles que les gaz remontant à la surface faisait apparaître parfois à la surface du Marais, le petit cocon de Chasse-la-Nuit éclata, l'argonien revenant soudain à la réalité. Envolée, la musique.

    Qui lui a demandé d'arrêter ?

    Il se tourna vers le nouveau venu. Un rougegarde à la démarche fluide, le manche d'une arme que l'argonien ne sut identifier dépassant de son épaule, portant une tenue qui devait lui permettre de se fondre aisément dans le décor, et qui ne manqua pas de remarquer le regard insistant de Chasse-la-Nuit.

    Tu viens de me priver d'une chanson.

    Abandonnant son verre et son assiette vide sur le comptoir, il se leva et s'avança sans réfléchir vers l'individu, se demandant vaguement ce qu'il avait en tête. Il n'obtint aucune réponse de la partie de lui-même qui devait pourtant y réfléchir. Aussi s'adressa-t-il aimablement, un sourire ornant bientôt son visage, au rougegarde :

    - Je te souhaite la bienvenue dans cette auberge, rougegarde. La viande y est infecte, l'hydromel à peine buvable et les couches, bien que je ne les ai pas encore essayer, sont sans doute pleines de puces.

    Négligeant les injures de l'aubergiste indigné, il fit un pas sur le côté, évitant par la même occasion le verre qui lui était lancé au visage. Du coin de l'œil il crut d'ailleurs reconnaître le fond d'alcool qu'il avait laissé, décrivant une gracieuse arabesque dans les airs avant d'asperger le plancher.

    - Et l'accueil y est lamentable, j'allais oublier. Néanmoins, je ne saurais assez te recommander cette barde au talent certain. Elle me régalait d'ailleurs d'une merveilleuse chanson, juste avant ton arrivée.

    Il gloussa, et fut aussi surpris que son interlocuteur quand son poing fusa soudain vers le tempe gauche de celui-ci, avant d'être intercepté. Il ne s'en soucia néanmoins pas, approchant son visage reptilien de celui légèrement basané du rougegarde, avant d'ajouter d'une voix peinée :

    - Aussi ne m'en veut pas mais... Accepterais-tu de chanter pour moi ?

    Même si je ne me fais pas d'illusion sur tes qualités de chanteur.

    Avant de sourire à nouveau et de faucher les jambes de son interlocuteur, l'envoyant au sol.

________________________________________

    "Le premier aventurier venu, si le manque de vivres se fait sentir, chassera le cerf ou le lapin. J'en ferais de même, à moins que je ne croise les traces d'un groupe de bandits. Ce gibier en vaut bien un autre."
    ~ Chasse-la-Nuit
Revenir en haut Aller en bas
Suitul
L'Assassin des Neiges
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Sanctuaire de la confrérie noire, Aubétoile

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Mar 18 Sep - 12:44

Cet argonien m'était bien antipathique, je voyait dans ses yeux quelque chose d'étrange, comme une hostilité ardente, et ces orbites meurtrière était dirigée vers moi. Je m'apprêtais a le remercié de ses conseil lorsque que son poing fila vers moi, je l'arrêtais sans problème, fronçant les sourcils sous l'agression.

-Aussi ne m'en veut pas mais... Accepterais-tu de chanter pour moi ?

{Chanter ? Comment ça chanter ?}

Mes pensé furent couper courte par les jambes de l'argonien fauchant les miennes, je n'eut que le temps de placer mes mains devant moi pour amortir, lorsque je relevais la tête je vis la sienne, rayonnante de fierté et de colère entremêlées. Je roulais pour être hors de portée d'un second coups plus dangereux et jaugeais mon adversaire du regard. Les argoniens sont les pires ennemis de l'assassin, les poisons sont si inefficaces sur leurs corps écailleux qu'il fraudais que je dépense toute mes réserves sur lui, et malheureusement, je l'ai déjà fait avant d'arriver dans ce bourbier.

Flash Back


« Vous appelez la Confrérie uniquement pour que j'assassine un vagabond argonien ? Est-ce la une mauvaise plaisanterie ?

-Vous n'avez pas a négocier le contrat, vous serez payé grassement si vous l'éliminez, c'est tout ce qui devrais vous intéresser. Maintenant, écoutez-moi bien. »

Elle me saisi durement par le col, plantant ses yeux dans les miens, j'eus la même désagréable sensation que dans le premier sanctuaire : Être scruté de l'intérieur par quelque chose qui n'a rien d'humain...Elle regardais la moindre trace de doute, de désir de trahison, elle regardais si j'étais vraiment digne de confiance pour ce contrat. Je durcis violemment mon regard, je vis au sourire de la commanditaire que je lui avais fais la bonne impression qu'elle attendais.

« Usez de n'importe quel moyen, mais je le veux mort. Mort, c'est bien compris ? Je veux qu'il ne reviennent plus jamais à Faillaise et n'importe où d'autre. »

Elle me dépeignait simplement le portrait de mon adversaire, rien de bien difficile à se remémorer.
Je sortis devant les Homme-troll comme je les appelles, leurs carrure et leurs visage peu avenant leurs faisant bien ressembler a ces créature poilues et sans cœur. Je regardais autour de moi, les gardes restait méfiant, et cela m'amusais au plus haut point.

{Je ne suis qu'un visiteur de marque, quel est le problème, après tout ?}

Je continuais mon chemin jusqu'aux portes de la ville, la nuit tombais rapidement et retrouver cet argonien serais bien trop dur de nuit. La où mes frères aurais abandonné et repris le matin, je cherchais ma cible jusqu'à ce qu'Azura fit nuit noire sur le monde qui m'entourais. Je le repérais finalement, caché dans une tanière pleine d'os, une odeur de fauve y régnais, surement la tanière d'un smilodon, la lueur faible d'un feu se consumant lentement. Je m'approchais dans une discrétion absolue, je n'étais qu'une ombre parmi d'autres. Lorsque je vis l'argonien, veillant sur son feu et les alentour, les bras croisés et assis en tailleur, je ne contenu que durement un cri victorieux. Je me glissais derrière lui, déplaçant un mince courant d'air qui ne le fit que le faire frissonner. Je trouvais rapidement une gourde d'eau, que fut ma chance que j'avais pensé à emmener le poison fais exprès pour moi. Une sorte de tradition, ceux qui buvait l'eau empoisonnée n'était pas digne d'être un assassin. Et accessoirement, mourrait dans d'atroce souffrance.
Je versait silencieusement le mélange mortel dans la gourde, je me retirais en voyant la main de l'argonien prendre l'eau a peine empoisonnée, un sourire de satisfaction maléfique se dessinait sur mes lèvres, il bu à grandes gorgées, ne semblant même pas souffrir. Je retenu encore une fois un cris, mais ce cri était un cris de rage, la patronne ne voulait pas de bavure, donc pas de preuve. Je versais de nombreux poison, plus mortel les uns que les autres. Je fut à a deux doigt de l'entrer quand je le sentis défaillir, il tomba tout simplement sur son feu, le poison ayant eu raison de lui, les flammes ayant raison de son corps. Je poussais un rire de victoire, un rire de monstre ayant accomplis son forfait, un rire de soulagement : je venais enfin de l'éliminer. Cela m'avais couté chacun de mes poisons, je repartis en ville les poche bien légères.

Fin du Flash Back


Ces argonien, soit ils sont tous pareils soit il ressemble au portait de ma commanditaire...

-Argonien, serais-tu contre le repos éternel ?

Je pris ma chère Neige Éternelle, mon arbalète. Je chargeais d'un geste le mécanisme et mis mon ennemi en joue, un sourire mauvais au visage, j'appuyais sur la détente et décocha la flèche vers le cœur de mon adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Mitsue Aiko
Donneuse De Voix
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 20
Localisation : Là où je peux aider les gens

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Mar 18 Sep - 17:47

Le ton dans la taverne menaçait d'exploser
Et au moindre bruit mes talents montrer je vais


-Aussi ne m'en veut pas mais... Accepterais-tu de chanter pour moi ?

je sentais que les choses allaient dégénérer
Eh oui l'argonien envoya un coup de pied
Alors a ce moment je pris la place du prêtr'
Et a cause de ça je tremblais de tout mon êtr'


-Argonien, serais-tu contre le repos éternel ?

Cette phrase me fit frissonner de terreur
Mais ma bienveillance pris le dessus sur la peur
Et avant que l'homme ait sorti son arbalète
Moi, ma voix et mon luth, nous étions déjà prêtes


-écoutez moi, je parle aux noms des six divins
Et en ce lieu rien ne sera fait de malsain
Que ce chant résonne bien dans vos esprits
Car c'est un ordre que je vous donne ainsi!

Je faiblissais mais une lumière apaisante
Recouvrais donc les gens de manière plaisante
Elle calmais doucement les esprits tourmentés
Et apportais le réconfort aux attristés
J'espérais bien que les gardes avaient entendus
Et qu'à ce triste conflit ils trouvent une issue

(Pourquoi six? L'académie des bardes se situant a solitude, talos n'est pas compté comme un dieu.)

________________________________________

être barde n'est pas toujours facile
car les bars sont remplis d'êtres
par forcément toujours docile
qui voudront votre tête.

A vos risques et périls:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chasse-la-Nuit
Cannibale
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/09/2012
Age : 28
Localisation : Pour ton bien comme pour le mien, mieux vaut que tu n'en saches rien...

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Mar 18 Sep - 23:52

    [HRP: @Suitul, les argoniens sont censés être immunisés contre les poisons, je me trompe?
    @ Mitsue Aiko, sans Talos on passe de Neuf Divins à Huit Divins, pas de sept à six, non ?]

    L'individu s'était éloigné d'une roulade, avant de dégainer et d'armer son étrange arme.

    - Argonien, serais-tu contre le repos éternel ?

    La déclaration laissa Chasse-la-Nuit perplexe. Pourquoi parler de "silence éternel" ? Et pourquoi-a-il fallut qu'il s'en prenne à quelqu'un de si agressif ? Un simple fauchage des jambes et voilà qu'il sortait une arme. Écouter la barde et dormir, voilà tout ce qu'il désirait... Son attention était portée sur l'étranger, dont le visage exprimait une émotion des plus horribles. Alors il songea que si l'arme semblait faite pour la distance et si son porteur s'orientait ainsi vers lui, c'était pour que la pointe du petit projectile qu'il voyait atteigne son...

    - Écoutez moi, je parle aux noms des six divins
    Et en ce lieu rien ne sera fait de malsain

    Il voulut s'écarter, entendit un déclic, un sifflement en même temps que la jolie voix de la barde, puis...
    Écarquillant les yeux sous le choc, il baissa la tête pour voir l'empennage d'un projectile dépasser de son épaule gauche, un peu de sang chaud commençant à couler. Il tâta le bois et la plume, pour prendre pleinement conscience de leur réalité, et du danger qu'il courait. Il avait du mal à réfléchir.

    J'ai faim, je suis fatigué, et je ne peux même pas écouter une musique tranquillement sans qu'un abrutit trop idiot pour ne pas sortir d'arme dans une auberge me tire dessus... Et je l'ai provoqué... Qui des deux est le plus stupide ?

    Contre toute attente, ce ne fut pas son instinct de survie qui prit les commandes... Juste la colère. A moins que son instinct ne tente une nouvelle tactique d'approche, qu'en savait-il. En tout cas, il n'eut plus qu'une idée en tête : attraper l'arme de son agresseur et lui éclater la boîte crânienne avec. Ou juste briser l'arme, cela lui conviendrait aussi. A moins qu'il ne préfère manger un peu du ventre de l'aubergiste, avant de lui emprunter une clé et aller dormir dans une chambre à l'étage pendant au moins trois jours. Bref...
    Son énervement ne dura pas longtemps.

    - Que ce chant résonne bien dans vos esprits
    Car c'est un ordre que je vous donne ainsi !

    Et la barde qu'il avait momentanément oublié, achevait d'incanter, une douce lumière nimbant bientôt l'intérieur de l'auberge, apaisant l'argonien contre son gré. Il regarda son agresseur, lui aussi sous le joug du sort d'apaisement, abaisser son arme. Son épaule se rappela à lui par un vibrant message de douleur. Il grimaça.

    Que ne pourrais-je te planter mon poignard dans l’œil pour te remercier de ton cadeau... Encore faut-il que je possède l'énergie nécessaire...

    Il préféra reportait son attention sur la barde. Non contente de le ravir par sa musique et sa voix, elle lui rendait les idées quelque peu plus claires avec son sort ! Assez pour qu'il s'interroge sur le remue-ménage que son altercation avec le rougegarde semblait provoquer dans l'auberge, et qui, selon toute vraisemblance, ne manquerait pas d'attirer l'attention de la garde.

    Et je souhaiterais me trouver loin quand les gardes rappliqueront...

    Aussi fut-il fort ennuyé quand ceux-ci débarquèrent par la porte de devant, l'épée au poing. Chasse-la-Nuit prit l'initiative de se diriger vers la porte de derrière, sans répondre à l'injonction qui fut décernée à la cantonade.

    - Au nom du iral, rendez les armes !

    L'argonien eut voulut faire remarquer qu'il n'avait même pas dégainer sa hache et que c'était lui dont l'épaule s'ornait d'un empennage tout neuf, avant de se raviser et de réserver sa pensée à la barde qui, en usant de magie, risquer d'attirer trop l'attention pour son propre bien, alors qu'elle avait tenté de calmer la situation, ce qui était tout à son honneur. Quant au rougegarde fou...

    Un peu de prison ne pourrait pas lui faire de mal.

________________________________________

    "Le premier aventurier venu, si le manque de vivres se fait sentir, chassera le cerf ou le lapin. J'en ferais de même, à moins que je ne croise les traces d'un groupe de bandits. Ce gibier en vaut bien un autre."
    ~ Chasse-la-Nuit
Revenir en haut Aller en bas
Suitul
L'Assassin des Neiges
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Sanctuaire de la confrérie noire, Aubétoile

MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   Jeu 4 Oct - 18:13

[HRP : @Chasse, les argoniens ont juste plus de résistance, techniquement il faut juste plus de poison ou des poison très puissant comme la racine de jarrin pour en venir a bout. Et c'est « Au nom du Jarl , rendez les armes ! »]

Je fut pris d'un rictus victorieux et maléfique, ma flèche venait de se planter dans l'épaule de cet argonien peu courtois, je faisais taire la voix moqueuse qui me disais l'avoir raté. Je venait de l'atteindre, c'est l'essentiel, je savais par expérience que mes flèches était assez dure à enlever pour qu'en l'arrachant ont arrachais par la même occasion d'une bonne partie de la chair. Cet argonien hurlerais quand elle lui seras enlever, j'espère que ca lui servira de leçon.

« Alors, monstres des Marais Noire, que pense-tu du résultat de ton agres...

-Écoutez moi, je parle aux noms des six divins
Et en ce lieu rien ne sera fait de malsain

-Barde tais-toi, je ne veux pas entendre la supplique d'une pacifiste. Il a provoquer lui-même sa mort, inutile d'essayer de me culpabiliser.

J'armais une seconde flèche, ma langue passais déjà sur mes lèvres tant le plaisir de tuer m'envahissait. Lorsque je visais une seconde fois mon ennemi, j'étais concentré comme jamais : Je ne raterais pas son cœur une seconde de fois ! Pourtant, je fut bien obligé de me calmer, je venais de me rappeler ma position, je suis à Faillaise, je suis un assassin, j'utilise une arme contre quelqu'un en public...Je suis dans les ennuis.

-Que ce chant résonne bien dans vos esprits
Car c'est un ordre que je vous donne ainsi!

-Tu veux être la cible de ma flèche c'est c..?!

Je n'eus le temps de finir, une lassitude venais de frapper mes membres, mon esprit semblait purger et je compris que j'étais ensorcelé, je voulu crier a la sorcellerie, transperçant cette traîtresse de ma flèche, mais je me retins...enfin, je me résignais surtout en entendant la porte derrière moi être brisée : Les gardes venaient pour calmer notre combat.

-La musique créer plus de maux qu'elle n'en guérit !

Je cherchait une sortie de vue, trouvant mon bonheur sur l'escalier menant au premier étage, je couru à a toutes jambes, poussant derrière moi un homme qui avais déjà bu son soûl de bière, il roula dans l'escalier et dans les pieds de mes poursuivants. J'entrais dans une chambre et bondis par la fenêtre devant les gardes interdits. Je n'atteignis pas le sol, mais je restais suspendu dans le vide, montant jusqu'au toit en priant pour ne pas chuter. Lorsque je posais les pieds sur le toit du bâtiment, je pris une pause, mon corps n'était pas a tout épreuve, bien au contraire, et les morceaux de verres me firent souffrir lorsque les je les retiraient. Je n'avais pas d'équipement adéquat, redescendre serais plus dangereux que de rester là...mais j'ai faim, et un homme affamé n'as pas plus de raison qu'un homme amoureux ! Je descendit vers la cour arrière de l'auberge, vérifiant à chaque seconde si un garde n'approchait pas, j'aurais peut-être dû vérifier mes prises a la place, je ratais un rebord et je chuta, que fut mon plaisir quand ce qui m'arrêtas ne fut pas le sol, mais quelque chose d'écailleux qui n'apprécias appartement pas ma chute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien qu'une chanson [Pv avec Suitul et Mitsue Aiko]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Protestation car je suis bète et je comprend rien
» Nan..d'accord, ça sert à rien..mais les jeu fb...ça le fait
» [Jeu] Un mot -> Une chanson
» evilcult cra air 190 [Refusé]
» Quelle est le panda le mieux approprié avec un feca?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Skyrim RPG :: Contexte 1-
Sauter vers: